A lire aussi

21-11-2017 11:50

Presse digitale au Maroc : Le Scan de Moncef Belkhayat

En marge de la présentation des résultat de l'étude Media Ownership Monitor Maroc, Moncef Belkhayat…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le dernier bulletin trimestriel de Bank Al-Maghrib dévoile la situation du crédit bancaire au terme du mois de juin 2017. L’encours du crédit affiche bonne mine. Les banquiers tablent sur une «vraie» relance cette année...

Rien ne semble affecter les crédits, qui poursuivent sur leur trend haussier entamé en 2016. C’est ce qui ressort du dernier bulletin trimestriel de Bank Al-Maghrib (BAM). Ainsi, à fin juin 2017, le montant des crédits s’est élevé à 841 MMDH, en progression de 6,2% par rapport à la même période de l’année précédente, et de 2,89% comparé au début de cette année.

Les professionnels du marché semblent confiants pour le reste de l’année. «Si les choses continuent sur cette même dynamique, l’on pourra retrouver les niveaux de croissance du début des années 2000». Un essoufflement noté par le HCP, qui précise que «ce ralentissement des crédits bancaires devenu structurel depuis l’année 2008 serait dû à la combinaison de plusieurs facteurs», et qui pointe comme premier facteur «la décélération de l’activité économique». Les banquiers dressent un tableau des plus motivants: la relance de la demande combinée à une offre adaptée, ainsi que des taux d’intérêt qui poursuivent leur détente. «Les signes d’essoufflement commencent à se dissiper», se réjouit un banquier. Il faut dire que la situation économique du Maroc, durant les derniers exercices, n’affichait pas bonne mine. La Banque centrale avait réagi en abaissant à plusieurs reprises son taux directeur. Il se place actuellement à 2,25%. Les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi intéressants, tant pour les particuliers que pour les entreprises. La tendance haussière observée, courant 2016 donc, devrait se maintenir à un rythme similaire durant les prochains mois. Et les premiers à s’illustrer restent bien évidemment les crédits à l’immobilier.

Ces derniers ont d’ailleurs plafonné à 254 MMDH contre 246 MMDH en décembre 2016 (+3%). Les crédits à l’habitat s’inscrivent en hausse sur une année glissante, à 193 MMDH contre près de 184 MMDH un an auparavant. Les crédits à l’équipement ne sont pas non plus en reste, totalisant près de 157 MMDH contre 143 MMDH en 2016. Les banques se montrent tout aussi efficaces sur le crédit à la consommation puisqu’elles réalisent sur ce segment un encours de 50 MMDH au lieu des 48 MMDH réalisés en 2016. Autres facteurs: les banquiers mettent également en exergue les politiques volontaristes de plusieurs établissements de la place à destination des TPME et des professionnels. Au niveau des autres catégories, même performance du côté des comptes débiteurs et des crédits à la trésorerie, qui ont atteint 182 MMDH contre près de 179 MMDH réalisés une année auparavant. Les créances en souffrance affichent, quant à elles, une hausse de 3%, passant sur un an de 60 à 62 MM DH.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages