A lire aussi

18-09-2017 13:22

Alain Gomis rafle trois distinctions au Festival de Khouribga

Carton plein pour le Sénégalais Alain Gomis qui, avec son film «Félicité», a remporté le trophée…
Rejoignez nous sur :
Finances

Les primes émises par le secteur de l’assurance affichent une croissance qui passe du simple au double. Une progression qui pourrait faire croire que c’est grâce à la circulaire de l’ACAPS sur le recouvrement. Le rapport de ladite autorité donne une autre explication.

Après une hausse de 6,08% en 2014 et de 7,05% en 2015, des primes émises, le secteur des assurances semble passer à un rythme de croisière en affichant un accroissement de 15,39% à fin 2016. C’est quasiment plus que le double de la progression observée une année plus tôt. Les compagnies d’assurances ont ainsi empoché 4,9 MMDH de plus qu’en 2015. L’additionnel des primes n’était que de 1,61 MMDH entre 2013 et 2014 et de 1,99 MMDH entre 2014 et 2015. Autrement dit, les compagnies ont encaissé 2 fois et demi l’additionnel des primes de 2015 et 3 fois l’additionnel des primes de 2014. Une prouesse pour le secteur, au moment où les intermédiaires ne cessent d’exprimer leur grogne contre la circulaire de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) sur le recouvrement qui les a mis dans une situation financière délicate poussant même certains à
fermer boutique (cf: www.leseco.ma). Une étude du cabinet Grant Thornton citée par Philippe Rocard, président directeur général d’Axa Assurance Maroc à un média de la place ferait ressortir plutôt le contraire. Ainsi, l’impact de la circulaire sur les encaissements courant 2016 serait très limité. Il est toutefois amené à s’accélérer davantage dans les années à venir. Le rapport de l’ACAPS retraçant la situation liminaire du secteur au terme de 2016 fait état d’une prime exceptionnelle consistant en la souscription d’un gros contrat d’épargne groupe pour près de 4 MMDH.

Un total de primes de 35,1 MMDH
Au total, les compagnies d’assurance affichent donc des primes émises de l’ordre 35,1 MMDH contre 30,42 MMDH un an auparavant. A ce niveau de primes, le taux de pénétration (rapport entre les primes émises et le PIB) s’élève à 3,64%. Par catégorie d’assurance, les opérations vie et capitalisation ont généré 14,29 MMDH soit, 40,72% du total, contre 10,56 MMDH en 2015, reflétant une progression de 35,35%. Selon l’ACAPS, «cette augmentation est due essentiellement à une opération exceptionnelle consistant en la souscription d’un gros contrat d’épargne groupe». Les opérations non-vie demeurent toutefois dominantes avec un total des primes émises s’élevant à 20,62 MMDH, soit 58,75% du total au lieu de 19,65 MMDH en 2015 reflétant une hausse de 4,95%. Enfin, les acceptations en réassurance ne cumulent que 0,19 MMDH contre 0,21 MMDH en 2015, en repli ainsi de 12,11%. La répartition des émissions d’assurances en 2016 montre que la branche vie et capitalisation préserve une place prépondérante, soit 40,72% du total. L’assurance automobile se fixe deuxième avec une part de 28,36%. Les assurances maladie maternité arrivent juste après avec une part de 8,61% tandis que les assurances accidents de travail, qui se classent quatrième affichent une part de 6,19%. Les accidents du travail et maladies professionnelles représentent 3,79% alors que l’incendie et éléments naturels représentent 3,76%. En termes de dispersion, le marché marocain continue de connaître la même concentration des émissions. Toujours selon l’ACAPS, «les assurances automobile, les accidents du travail et les assurances de personnes (assurances vie et capitalisation, accidents corporels et maladie maternité) représentent  près de 85% de l’ensemble des primes émises».

L’épargne et la RC automobiles dominent
Dans le détail, l’analyse des émissions par branche montre que la vie et capitalisation est dominée par les assurances dédiées à l’épargne qui représentent 77,57% du total de la branche. Les émissions des assurances en cas de décès ont réalisé en 2016 pour leur part une progression de 4,03%, soit 2,68 MMDH, représentant 18,79% de la branche vie. La branche non vie, pour sa part est tirée par les assurances obligatoires, notamment la RC automobile qui représente 41,43% de cette branche, en progression de 4,21%. L’usage tourisme représente 58,20% de la RC automobile. Quant aux primes cédées en réassurance qui s’élèvent à 2,8 MMDH, soit 8% de l’ensemble des émissions, elles sont réparties entre les opérations d’assurances vie et capitalisation avec 193,5 MDHet les opérations d’assurances non vie pour 2,61 MDH.

 

Indemnisations et charges en hausse
Du côté des indemnisations, les prestations et frais payés ont atteint 22,06 MMDH contre 17,85 MMDH, soit une augmentation de 23,56%. Elles représentent 62,84% des émissions totales. La part des réassureurs dans les prestations et frais payés s’est établie à 12,14% de l’ensemble des prestations et frais payés, soit 2,68 MMDH. Quant aux prestations et frais ils ont atteint 29,5 MMDH contre 23,54 MMDH en 2015, soit une hausse de 25,4% entre 2015 et 2016. Les charges techniques d’exploitation ont avancé pour leur part de 5,63% pour se fixer à 7,68 MMDH au lieu de 7,27 MMDH une année plus tôt. Les charges techniques représentent 21,88% des émissions totales et sont réparties en charge d’acquisition des contrats et autres charges techniques d’exploitation. Les provisions techniques brutes des entreprises d'assurances se sont établies à fin 2016 à 131,54 MMDH contre 124,26 MMDH en 2015, soit une hausse de 5,86%. Les placements affectés aux opérations d’assurances du secteur en 2016 ont avancé de 6,26% pour atteindre 134,76 MMDH. Les produits financiers nets se sont élevés en 2016 à 6,65 MMDH, en hausse de 17,33% par rapport à l'exercice précèdent, dont 2,41 MMDH des plus-values sur réalisation de placements nettes.

Une rentabilité améliorée
Pour ce qui est des résultats, les opérations d’assurances ont enregistré un résultat technique brut de réassurance de 5,2 MMDH au lieu de 5,87 MMDH en 2015. La gestion de l’activité d’assurance en 2016 a dégagé pour tout le marché un résultat net global bénéficiaire de 3,19 MMDH contre 2,96 MMDH en 2015, en progression de 7,76%. En conséquence, la rentabilité générale mesurée par le rapport entre le résultat net et les fonds propres des entreprises d’assurances s’est légèrement améliorée en passant de 9,1% à 9,36%.  


Wafa Assurance toujours leader

Le classement des compagnies d’assurance sur la base des primes émises par chacune, fait ressortir une dominance de Wafa Assurance. La compagnie filiale d’Attijariwafa bank s’accapare une part de marché de 20,8% affichant une croissance des revenus de 14,2% entre 2015 et 2016. RMA arrive deuxième avec 16,7% de parts de marché et une croissance des revenus de 5,6%. Saham Assurance se positionne troisième avec 12,5% de parts de marché et une croissance des primes émises de 16,4% reléguant ainsi Axa Assurance Maroc à la quatrième position avec une part de marché de 11,2% et une évolution des primes émises de 1,1%. D’ailleurs, ce sont les seules compagnies à afficher une part de marché à deux chiffres. 


Une évolution de 34,84% sur 5 ans

D’après le rapport de l’ACAPS, l’évolution des primes émise du secteur au cours des cinq dernières années s’élève à 34,84%. Le total des primes émises passe de 26,03 MMDH en 2012 à 35,1 MMDH en 2016. La progression annuelle moyenne se fixe ainsi à 6,17%. L’ascension découle essentiellement des primes émises en assurances vie et capitalisation au moment où les primes émises en assurances non-vie affichent une progression plutôt stable.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages