A lire aussi

22-11-2017 12:07

Decathlon fait du Maroc sa porte d’entrée vers l’Afrique

L’entrepôt logistique de Decathlon, qui est déjà opérationnel au niveau de la zone franche…
Rejoignez nous sur :
Finances

Dans le cadre de son émission obligataire verte, 135 millions d’euros seront levées auprès d’IFC et de Proparco.

La BCP va bientôt empocher 135 millions d’euros, soit 1,5 MMDH. L’autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a autorisé la Banque Centrale Populaire à émettre des obligations vertes (Green Bonds) par placement privé auprès d’investisseurs qualifiés. Deux investisseurs y ont souscrit. Il s’agit de l’International Finance Corporation (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale et de Proparco filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) dédiée au secteur privé, pour des montants respectifs de 100 et de 35 millions d’Euros. Les fonds levés à travers l’émission précitée sont destinés à refinancer des projets en énergie renouvelable marocains ayant des avantages environnementaux visant notamment à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Un rapport de la Green Investment Bank a confirmé, par ailleurs, l’alignement de l’émission avec les «Green Bonds Principles» (les principes des obligations vertes). L’emprunt est adossé d’une prime de risque de 175 points de base alors que le taux de référence est fixé selon une moyenne arithmétique du Euribor ICE Swap rate 12:00pm Frankfurt 7Y et du Euribor ICE Swap rate 12:00pm Frankfurt 8Y pour une maturité de 10 ans.

Financier des projets verts
L’opération peut être qualifiée d’inédite, puisqu’il s’agit de la première émission d'obligations vertes en monnaie étrangère au Maroc, de même qu’il s’agit du premier investissement en obligations vertes pour IFC et Proparco dans la région. «La maturité de 10 ans permettra de fournir un financement à long terme à BCP, l'un des plus importants groupes bancaires marocains, afin de refinancer les investissements dans certains projets d'énergie renouvelable dans le Royaume», explique IFC et Proparco dans un communiqué conjoint.

L’objectif principal de cette opération est de créer un mécanisme de financement durable pour que les banques prennent en charge les investissements à long terme sur des actifs verts, en canalisant l'argent institutionnel privé vers la finance climatique via les marchés financiers. Pour rappel, d’après la note d’information d’émission de green bonds publié en novembre 2016, ces projets s’inscrivent dans le cadre des financements long terme en énergie renouvelable déjà mis en place par la Banque Centrale Populaire pour une valeur globale supérieur à 1,5 MMDH.

Ces derniers sont localisés au Maroc et opèrent dans la production de l’électricité à partir de l’énergie éolienne et sont d’une durée de vie moyenne de 20 ans, dont certains sont en phase d’exploitation et d’autres en phase de finalisation de la construction, sont dotés d’une capacité de génération d’énergie estimée à 1500 GWh/an. Selon la BCP, «ces projets présentent des avantages environnementaux quantifiés avec des impacts annuels et cumulés en exploitation (sur une durée restante minimale de 14 ans) permettant de prévenir la consommation en fuel respectivement de 350.000 tonnes/an et 6,5 millions tonnes. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages