A lire aussi

23-11-2017 16:25

Étude : Le couple énergie-climat en Afrique sous la loupe de l’IRES

L’Institut royal des études stratégiques a rendu publique une étude à la veille de la COP23, qui…
Rejoignez nous sur :
Finances

Après le mauvais épisode de 2015, Crédit du Maroc a réussi à renverser la vapeur à fin 2016. Cette dynamique a ainsi été maintenue courant le premier trimestre 2017, ce qui a permis à la banque d’enregistrer des résultats en bonne forme.

Le Crédit du Maroc qui figure parmi les rares entreprises cotées à publier des résultats trimestriels- vient de rendre publiques ses réalisations au terme des trois premiers mois de l’année 2017. Au vu des indicateurs de ce premier trimestre, la banque verte semble avoir définitivement tourné la page de 2015 et confirme le net rebond affiché à fin 2016. Au niveau commercial, les dépôts clientèle bilan et hors bilan ont enregistré une légère hausse de 0,7% à 45,8 MMDH à fin mars 2017 (contre 45,5 MMDH un an auparavant). «Néanmoins, retraitée des ressources à terme, la hausse s’établit à 3,8% et reste portée par les ressources à vue qui progressent de 3,3% et le dynamisme de l’assurance vie dont les encours bondissent de 19,5%», souligne le management.

À ce propos, les synergies entre la banque et son partenaire Saham Assurances semblent porter leurs fruits, et ce un peu plus d’un an après la signature de l’accord. Certes, depuis le ralentissement du crédit et les taux relativement bas qui mettent en difficulté les marges d’intérêts, la banque cherchait d’autres alternatives. La bancassurance s’est imposée comme un des plus importants relais de croissance de la banque, et fait partie des axes prioritaires de son plan de développement CAP 2020. Une ambition qui se confirme au fil du temps. Les nouvelles souscriptions dans cette activité se sont nettement améliorées au cours du premier trimestre 2017 en enregistrant une hausse de 27%.

Parallèlement, Crédit du Maroc qui œuvre à jouer un rôle important dans le financement de l’économie nationale- affiche un encours des emplois clientèle en hausse de 2% à 36,9 MMDH. Un accroissement attribué, selon le management, à l’activité de crédits aux particuliers (une croissance de 4,7%) qui a été particulièrement dynamique durant les trois premiers mois de l’année. De leur côté, les crédits à l’équipement accordés aux entreprises se sont accélérés de 6%. La bonne tenue des performances commerciales a permis, entre autres, à la filiale de Banque agricole France d’enregistrer des agrégats financiers en hausse. Le produit net bancaire a ainsi atteint 548,8 MDH à fin mars 2017, et ce, en raison de la bonne résistance de sa marge d’intérêt qui a progressé de 0,3%. La marge sur commissions s’est, pour sa part, améliorée de 7,6%, portée essentiellement par l’élargissement du fonds de commerce de la banque, de la situation favorable des opérations de Bourse ainsi que l’activité de factoring.

Aussi, Crédit du Maroc a réussi à maintenir ses charges d’exploitation aux alentours de 288 MDH. Il en ressort un résultat brut d’exploitation en accroissement de 2,5% à 261 MDH. Une amélioration qui pourrait également s’apparenter aux efforts de la banque à réduire l’encours de ses créances en souffrance. Les menaces qui pesaient sur certains dossiers historiques ont, semble-t-il, été dissipées. Le coût du risque s’est réduit de 33,8% à 95,3 MDH à fin mars 2017. Au final, la banque a bouclé ce premier trimestre sur une bonne note en doublant pratiquement ses bénéfices. Le résultat net pat du groupe s’est apprécié de plus de 54% pour atteindre 104 MDH. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages