A lire aussi

17-07-2017 11:19

Quelle aptitude pour l’investissement dans le non coté ?

Image par défaut
34% des 698 internautes qui ont répondu au sondage online de Flm se sont dit prêts à investir dans…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le résultat net de la banque a pratiquement été réduit de moitié. En cause, la montée des charges qui ont connu une accélération. Un indice qui correspondrait à l’offensive préparée en coulisses. Dar Assafaa deviendra bientôt «Bank Assafaa»...

À l’aube de l'ère de la finance participative, la seule entité présente depuis pratiquement sept ans sur le marché affiche des bénéfices de 1,172 MDH à fin 2016. Le résultat net en ressort en baisse de 58% sur un an, avec un résultat brut d’exploitation pratiquement réduit de moitié pour se placer à 2,8 MDH. À l’origine, on retrouve l’augmentation des charges générales d’exploitation qui dépassent les 40,7 MDH. Mais la future «Bank Assafaa» semble préparer sa transformation à travers un éventuel renforcement de ses équipes. Les charges de personnel ont progressé de 40% pour atteindre 22,5 MDH. La société a également subi la montée des impôts et taxes. Ceux-ci ont été multipliés par 10 pour atteindre 1,168 MDH dans le courant de l’exercice 2016.

D’un autre côté, les charges externes ont avancé de 45% à 15,48 MDH au lieu de 10,63 MDH un an plus tôt. La montée de l’ensemble de ces charges ne peut que traduire les efforts de Dar Assafaa pour parer à l'arrivée prochaine des autres banques participatives.

En effet, certains établissements bancaires ont annoncé le démarrage de leurs nouvelles activités au second semestre. L’avantage de Dar Assafaa reste sa base clientèle existante ainsi que son réseau d’agences déjà opérationnel (la banque aurait même prévu des ouvertures supplémentaires cette année). D’ailleurs, la société de financement enregistre un encours de crédits en amélioration continue. Celui-ci a été porté à plus de 1,6 MMDH en 2016, en hausse de 21% sur un an. L’encours des créances sur la clientèle a été drainé en grande partie par les crédits immobiliers (soit plus de 96% du portefeuille de la banque).

Le reste a été octroyé au crédit à la consommation à hauteur de 39 MDH. Toutefois, l’institution compte, une fois les circulaires et les modalités réglementaires prêtes, élargir la palette de ses produits, limitée actuellement à la Mourabaha. Les créances en souffrance atteignent 11,53 MDH, contre 8,4 MDH un an auparavant. En face, les provisions en créances sur la clientèle ont atteint 4,1 MDH, en hausse de 16%. Au final, le produit net bancaire de Dar Assafaa ressort à plus de 38,8 MDH, en hausse de 30% comparativement à l’année précédente. Pour rappel, la future filiale d’Attijariwafa bank sera une filiale détenue à 100% par le groupe.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages