A lire aussi

17-08-2019 18:30

Casablanca: des enfants palestiniens visitent des sites touristiques

Le groupe d’enfants d’Al-Qods participant à la 12è édition des colonies de vacances, organisée par…
Rejoignez nous sur :

Si la tension a baissé à l’aéroport Mohammed V, le bras de fer entre les bagagistes et RAM Handling continue. Ils dénoncent des conditions de travail déplorables.

Le mouvement de grève des bagagistes de l’aéroport Mohammed V, employés par la société GPI sous-traitant de RAM Handling, a-t-il pris fin, dimanche dernier ? En tout cas, il semblerait que la situation soit revenue «à la normale», selon le pôle communication de l’Office national des aéroports (ONDA). «Toutefois, nous ne sommes pas en mesure de dire ce qui est à l’origine de cette situation d’autant plus que les grévistes sont imprévisibles», poursuit le porte-parole de l’établissement public chargé des aéroports et du contrôle de la navigation aérienne au Maroc.

En clair, les bagagistes peuvent se mettre en grève à tout moment sans prévenir, précise la même source ajoutant que l’ONDA «n’a jamais cessé de faire de son mieux pour que cet épisode soit définitivement terminé». Mais rien n’est encore acquis, semble-t-il. Des sources annoncent que les retards de livraison vont certainement se répéter jusqu’au 31 septembre, date à laquelle le contrat GPI-RAM Handling devrait être renouvelé. En attendant, explique-t-on, les bagagistes qui se plaignent d’accomplir une charge de travail supérieure à ce qui est prévu dans le contrat GPI-RAM Handling profiteraient de la haute saison pour se faire entendre et obtenir de meilleures conditions de travail dans le cadre du nouveau contrat en vue. Une seule certitude pour l’heure, cette nouvelle accalmie est un événement heureux pour les voyageurs de l’aéroport de Casablanca confrontés à des grèves depuis mi-avril dernier.

En effet, les mouvements de grèves occasionnent de nombreux désagréments notamment les retards de vols ou annulations de vols à la dernière minute. Et ce n’est pas seulement la compagnie Royal Air Maroc qui est concernée par cette situation. Air France ainsi que d’autres compagnies qui utilisent les services du sous-traitant GPI, lequel a la plus grande part de marché à l’aéroport Mohammed V, souffrent aussi de ces mouvements d’humeur. Par ailleurs, le trafic aérien cumulé de janvier à fin mai a enregistré une hausse de 8,51% à 9.561.486 passagers, indique l’Office. L’ONDA ajoute également que durant le mois de mai, il y a eu 14.952 mouvements d’avions, soit une augmentation de 3,43% comparativement au même mois de l’année 2018, précisant que l’aéroport Mohammed V affiche une part de 42,30% de ce trafic.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages