A lire aussi

18-12-2018 10:50

Production législative. Les parlementaires accélèrent la cadence

Le bureau de la Chambre des représentants enchaîne les réunions en vue d’accélérer la production…
Rejoignez nous sur :
Enseignement

Le développement de l’enseignement supérieur au Maroc ne peut se concrétiser sans une recherche scientifique de qualité. L’Université Hassan 2 (UH2) en a pris conscience et œuvre à asseoir ses structures de recherche sur une base solide. Driss Mansouri, président de l’UH2 nous livre davantage de détails.
 
Leseco.ma : Quelle place occupe la recherche scientifique dans le projet de développement de l’Université Hassan II ?

Driss Mansouri : C’est une place à la fois centrale et capitale car l’université n’a pas de raison d’être sans la recherche scientifique. Ainsi, des activités intenses sont menées dans ce sens pour œuvrer au développement de la recherche scientifique et, par conséquent, le développement de l’université. 
Dans ce sens, la première action que nous avons entreprise est la structuration de la recherche scientifique en laboratoires de recherche, en centres thématiques de recherche en plus des Centres d’études doctorales (CEDOC). Ces derniers sont mis en place pour l’organisation de la formation dans le cycle doctoral. 
En termes de chiffres, l’UH2 dispose de 123 laboratoires de recherche et 9 centres thématiques regroupant 68 laboratoires de recherche avec des champs disciplinaires différents.

Qu’en est-il des sources de financement de la recherche scientifique à l’UH2 ?

L’UH2 a encouragé les laboratoires de recherche à répondre aux appels à projet nationaux et internationaux ce qui a drainé à l’université un financement de 50 MDH. En outre, l’université accorde chaque année 20 MDH aux laboratoires de recherche et 40 MDH aux centres de recherche. Par ailleurs, des efforts considérables sont consentis par l’université à la quête de financements internationaux. En dépit de ces efforts, la production scientifique reste insuffisante et ne dépasse pas 0.5 publication par enseignant-chercheur par année. Notre ambition est de la ramener à deux publications par enseignant par année. Cet objectif ne peut pas être atteint sans le renforcement et l’encouragement de la recherche scientifique en Sciences humaines et sociales (SHS), un champ dont la production est au-dessous de la moyenne.

Quelles sont les contraintes auxquelles font face les enseignants-chercheurs ainsi que les doctorants au niveau de l’université ?

Le financement de la recherche reste l'une des contraintes majeures auxquelles les enseignants-chercheurs ainsi que les doctorants font face. Dans ce sens, l'université vise l'assouplissement de la gestion financière des budgets alloués à la recherche a posteriori à partir de ses propres recettes.

L’UH2 dispose-t-elle de laboratoires et d’outils nécessaires pour mener à bien une recherche scientifique ?

L'université a tout ce qu'il faut pour mener des recherches de haut niveau et être visible à l'international. En effet, elle dispose de 2.200 enseignants-chercheurs, 123 laboratoires de recherche couvrant toutes les disciplines, 5.000 doctorants, en plus des équipements scientifiques lourds et performants, sans oublier son important réseau de partenariats nationaux et internationaux.

Quelles sont les mesures entreprises par l’université pour promouvoir la recherche scientifique et sensibiliser les chercheurs à l’importance des publications dans des revues indexées ?

Afin de promouvoir et sensibiliser la recherche scientifique et sensibiliser les étudiants-chercheurs pour publier dans les revues indexées, l'université a mis en place plusieurs actions, notamment l’organisation des formations au profit des enseignants-chercheurs en ce qui est de la publication des revues indexées, l’instauration des prix à la publication, la mise en place d’un dispositif d’aide à la traduction des projets de recherche en langue anglaise, l’unification de la filiation des publications, et enfin, l’encouragement de l’organisation des manifestations scientifiques. 

Les partenariats (public-public, public-privé) peuvent-ils apporter la solution aux dysfonctionnements auxquels assiste le système national de recherche et d’innovation ? Quelle part occupent ces partenariats dans votre stratégie de développement ?

Il est à noter que la stratégie de l'université pour le développement de la recherche scientifique repose sur deux axes : mener une recherche finalisée en adéquation avec les besoins de l'entreprise marocaine et du secteur socioéconomique en général, et encourager la recherche fondamentale de haut niveau en développant la recherche appliquée. 

Nous sommes convaincus que le développement de la recherche appliquée passe inéluctablement par le biais des partenariats public-public et public-privé, notamment, les Projets prioritaires de recherche (PPR) menés avec des partenaires industriels et ceux financés par l'OCP. S'ajoutent à ceux-ci les projets avec la commune urbaine dans les domaines de l'environnement et de la sociologie.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages