A lire aussi

22-05-2017 09:47

Lachgar reconduit à la tête de l'USFP

Driss Lachgar a été reconduit, dimanche, au poste de premier secrétaire de l'Union socialiste des…
Rejoignez nous sur :
#ElOthmani

Abdelilah Benkirane ne sera pas chef de gouvernement. En plein respect du texte constitutionnel, le roi désignera une autre personne capable de constituer l’Exécutif. Les instances du parti de la lampe doivent choisir aujourd’hui un éventuel remplaçant. Une personne «responsable» selon les termes du communiqué du cabinet royal, capable de mener des négociations et de constituer une équipe gouvernementale.

Comme le PJD, l’opinion publique a entamé depuis hier une réflexion sur qui pourra être le remplaçant de Benkirane et quelle sera l’issue de cette situation. Ceci dit, la décision royale demeure une pratique respectueuse de la Constitution de 2011 et le Maroc commence de la sorte ainsi donc à cumuler un héritage démocratique car le chef de l’État a effectivement tranché dans une situation de blocage.

Les scénarios possibles…
D’une manière globale et par référence au contexte politique actuel, la personne qui va remplacer Benkirane doit avoir du charisme, du populisme et de la flexibilité. Une fois ces caractéristiques étalées peu de profils remontent à la surface. En effet, c'est pourquoi Mustapha Ramid demeure favori comme remplaçant. Le ministre de la Justice suscite l'unanimité et la confiance au sein du PJD. Il a toujours été proche de Benkirane, gérant avec lui les situations les plus embarrassantes. Sauf qu’il est à souligner que ce dernier a déclaré après les élections du 7 octobre qu’il «ne pourra jamais accepter d’être un chef de gouvernement illégitime à la place du chef de gouvernement légitime».

L’autre candidat qui peut remplacer Benkirane est Aziz Rebbah, le ministre de l'Équipement et du transport. Moins populaire que Ramid, Rebbah a une chance si les sages du PJD le recommandent. Par ailleurs, il est à souligner que Benkirane reste le secrétaire général du PJD et le premier décideur. En réunion avec le bureau politique, Benkirane dirigera le débat et ordonnera à ses camarades de faire triompher l’intérêt du pays, lui qui était conscient tout au long des tractations de son choix politique de faire participer les uns et d’écarter les autres, lui qui a déclaré noir sur blanc que même si ce choix lui coûte son mandat, il persistera.

Celui qui remplacera Abdelilah Benkirane souffrira longtemps de la popularité de ce dernier.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages