A lire aussi

16-01-2019 17:01

"Fondation Initiative AAA" : Pour l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques

La Fondation pour l'adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques, dite…
Rejoignez nous sur :
Éditos

Quelle perception les Marocains ont-ils de la presse électronique? La question mérite d'être posée et, plus encore, nécessite une étude approfondie. De par le monde, la digitalisation des médias a apporté son lot de bons et de mauvais points, ces derniers du fait de dérapages. Le Maroc ne déroge pas à la règle, sauf que les inconvénients dépassent de loin les avantages. Sur le plan de la lecture, le Maroc a toujours été le dernier de la classe en Afrique du Nord.

Il y a dix années, mille Marocains achetaient à peine treize exemplaires de journaux, quand ce chiffre était de 21 en Algérie, 28 en Tunisie et 33 en Égypte. Avec l'avènement de la presse électronique, ce taux a naturellement baissé, sauf qu'encore une fois la chute était plus rude dans notre pays. Maintenant, avec cette migration vers le tout digital, une presse papier sérieuse et crédible arrive toujours à résister en dépit d'une concurrence souvent «déloyale».

Car, en plus d'être plagiée, copiée et parfois reprise à l'identique, la presse papier fait les frais d'un changement de critères en matière d'association d'images. Aujourd'hui, des annonceurs de renom choisissent le support en fonction de l'audience au lieu de la cible et de l'image. Ainsi, des «marques» prestigieuses ne se gênent plus, s'affichant sur des sites qui ont bâti leur réputation sur le mensonge, la diffamation et l'attaque de personnages publics.

La responsabilité incombe aussi au citoyen qui cherche plutôt les faits divers, la médisance et la rumeur au détriment de l'information recoupée, vérifiée de la véritable presse. Heureusement, on constate une émergence -encore timide- de portails d'informations sérieux mais qui doivent batailler dur pour se distinguer, dans cet océan de médiocrité. Ne cherchez pas à pointer du doigt un responsable de ce voyeurisme médiatique, toute la société est responsable.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages