A lire aussi

14-08-2018 15:03

Effondrement du pont à Gênes: au moins 22 morts

Une partie du pont Morandi s’est effondrée au-dessus de la ville du nord de l’Italie. Plus de 200…
Rejoignez nous sur :
Éditos

La visite officielle du président du Nigeria au royaume confirme la politique africaine du Maroc, basée sur une coopération Sud-Sud, avec comme socle les intérêts économiques, au-delà des divergences politiques. C'est une forme d'intelligence qui se développe depuis trois ou quatre années et que le Maroc mène avec brio. Notre pays fait valoir ses atouts et prône le partage, ce qui soustrait le business à toute forme d'égoïsme.

Le président du Nigeria est reparti, tout enthousiaste, avec un important projet dans les valises. Une usine pour la production d'ammoniaque, principale composante des engrais, ce qui va assurer la sécurité alimentaire de ses 170 millions d'habitants. Cela nous rappelle le méga-projet lancé en Éthiopie entre l'OCP et le gouvernement éthiopien, qui constitue aujourd'hui un bel exemple de coopération Sud-Sud car, grâce à ce projet, Addis-Abeba a non seulement assuré son autosuffisance mais est devenue un exportateur régional à destination d'une bonne dizaine de pays.

Pourtant, le régime en place n'est pas en phase avec le Maroc sur plusieurs dossiers, mais cela n'est qu'une question de temps. La diplomatie du phosphate finira par payer puisque la géostratégie mondiale est désormais conduite par les intérêts économiques plutôt que par des tendances idéologiques. C'est aussi valable pour le Nigeria. Le Maroc parie donc sur la diplomatie économique et sur le facteur temps pour faire fléchir les positions des pays qui nous ont toujours été hostiles. Une orientation payante qu'il faudrait replacer dans une perspective de dix années. C'est bien parti; encore faut-il respecter nos engagements à la lettre.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages