A lire aussi

17-07-2018 12:35

Albert Muchenga : «La ZLEC devrait entrer en vigueur dès janvier 2019»

Albert Muchenga, Commissaire au commerce et à l’industrie de l’Union africaine Les Inspirations ÉCO…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour une digitalisation pour tous
Éditos

À ceux qui se demandaient, il y a encore quelques mois, si le Maroc allait assister au sommet Union africaine-Union européenne malgré la présence des séparatistes, le royaume a donné bien plus qu’une réponse. Il a assisté, séduit, convaincu, et en est sorti grandi.Photos, vidéos, témoignages à l’appui, la présence du Maroc a reçu tous les égards, eu droit à tous les honneurs. Et sa prestation diplomatique est venue renforcer le «charisme» du royaume sur le continent. C’est ainsi haut la main que le Maroc sort du 5e sommet Union africaine-Union européenne, qui intervient quelques mois seulement après son retour à l’UA, mais aussi quelques jours avant que sa demande d’adhésion à la CEDEAO ne soit tranchée. Autant dire que le Maroc vient une nouvelle fois de démontrer aux deux continents cette «exception diplomatique» qu’il constitue.

À commencer par le discours du roi Mohammed VI pendant le sommet: la thématique principale en était la migration, sujet que le Maroc maîtrise parfaitement et sur laquelle il est très engagé. Le message se voulait donc plein d’enseignements, mais aussi fédérateur et augurant d’un nouveau cap à franchir dans la relation Europe-Afrique en matière de migration.

Autre moment-clé, la rencontre historique du souverain avec le président de l’Afrique du Sud. Mieux, de même que l’annonce du renforcement des relations et la nomination d’ambassadeurs de haut niveau à Rabat et à Pretoria. Preuve que, tôt ou tard, c’est la diplomatie africaine du Maroc qui l’emporte sur les causes séparatistes. 
*Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages