A lire aussi

Rejoignez nous sur :
Éditos

À Horizon Press, nous nous sommes toujours interdit de commenter ou de critiquer le traitement journalistique choisi par nos confrères. Une fois n'est pas coutume : nous ferons l'exception pour nos amis de Jeune Afrique. Leur dernière couverture a choqué l'opinion publique marocaine comme cela est exprimé dans les réseaux sociaux. Et pour cause, le titre «Terrorisme : né (ou nés) au Maroc», avec les portraits des terroristes arrêtés en Espagne, est provocateur à plusieurs titres.

D'abord, le terrorisme qui n'a ni nationalité ni religion s'attaque au monde entier, les musulmans plus que les autres. Maintenant, est-ce une raison de s'attaquer frontalement à ce magazine ou de verser dans son dénigrement ? Certainement pas. En revanche, il faut privilégier le débat et rappeler que ces Marocains, responsables de ces attentats, sont en majorité, soit nés en Espagne, soit ils y sont arrivés en bas âge.

En somme, ils représentent l'échec des politiques d'intégration en Europe aussi. Le Maroc n'a donc pas une marque de fabrique de terroristes, car même des pays occidentaux «exportent» des radicaux jusqu'au sein même de Da'ech. Enfin, rappelons juste à ceux qui condamnent la couverture de Jeune Afrique, que les établissements publics marocains sont «curieusement» les premiers clients de ce magazine en termes de pages publicitaires. Et les officiels marocains l'utilisent souvent pour passer des messages, et même pour régler des comptes.

D'ailleurs, dans le même numéro, et sur la même couverture, l'on retrouve en manchette une exclusivité consistant en une interview de Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères du Maroc. Il ne faut donc pas s'attendre à une réaction officielle du Maroc face à ce «dérapage».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages