A lire aussi

19-09-2017 10:15

Berrechid : Première édition du Salon national des céréales et légumineuse

Sous l’égide du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des…
Rejoignez nous sur :
Éditos

Les récents incidents survenus au Maroc n'ont laissé personne indifférent. Même la presse internationale s'en est mêlée pour ternir l'image du royaume. Autant dire que c'est un coup dur porté à la destination Maroc en matière de tourisme et d'investissements.

D'ailleurs, la mission dépendant de l'ambassade américaine à Rabat n'a pas raté l'occasion du sit-in organisé mercredi à Casablanca pour lancer un incompréhensible «warning» à l'attention des citoyens américains leur enjoignant d'éviter l'espace de la manifestation par «crainte d'éventuels débordements» ! Bien sûr, la chose est exagérée. Certes, le Maroc souffre, mais n'est pas pour autant en ébullition. Cela dit, ce genre de réactions affichées par les Américains et probablement tues par d'autres partenaires, doit interpeller les responsables marocains. Il faut agir et vite afin de dissiper ce brouillard qui altère la vision que l'on peut avoir d'un pays ayant un potentiel indéniable, mais qui n'est guère exploité correctement.

À valeur d'aujourd'hui, aucun responsable n'a fait de sortie pour présenter aux Marocains un plan d'urgence afin de rétablir la confiance. De même, personne ne s'est adressé aux chancelleries qui, faute d'interlocuteurs, puisent - parfois à tort - leurs informations dans certains médias en mal de crédibilité et même dans les réseaux sociaux.

Ce silence est coûteux en termes de retombées économiques, et renvoie à un cliché, peut-être erroné, de gouvernants qui ne sont pas à l'écoute de leurs compatriotes. Une situation qui ne peut durer et qui devrait être la priorité de cette rentrée sociale et politique. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages