A lire aussi

20-09-2017 14:38

Volvo XC60 : Le best-seller fait peau neuve

Scandinavian Auto Maroc, importateur de la marque Volvo Cars lance la nouvelle génération de son…
Rejoignez nous sur :
Éditos

Certains élus, pour ne pas généraliser, notamment les présidents de commune, doivent être soumis à un tribunal populaire. La justice «formelle» a d'autres priorités et les rapports de la Cour des comptes ne sont plus dissuasifs. Car il y a de quoi sortir de ses gonds, au regard du laisser-aller et de l'anarchie totale qui règnent dans nos villes.

Désormais, la société civile doit se prendre en charge et monter au créneau afin d'exprimer haut et fort son ras-le-bol. Le roi n'avait-il pas dit «Assez !» à ce genre de politiciens de la dernière heure ? Il faut alors le rejoindre en dénonçant nommément ces élus qui trahissent les promesses faites aux électeurs, forts de la connivence de leurs partis et du laxisme du ministère de tutelle. C'est pourquoi il faut encourager les initiatives - notamment de personnalités publiques - mettant à nu le laxisme et  la gabegie dans certaines communes. 

C’est le cas de Najat Atabou pour Khemisset, où le Conseil municipal a détruit les infrastructures de base pour lancer de nouveaux marchés alors que la ville manque de tout. Hicham El Guerrouj, qui avait fait don de 2,5 MDH pour moderniser les abattoirs de Berkane, s'indigne en constatant qu'ils se sont davantage dégradés au point d'être inexploitables pour accueillir l'abattage réservé à la consommation humaine ! Ces gens-là sont connus pour leur patriotisme. Leur cri du cœur n'est malheureusement pas entendu du côté de Rabat, où le ministère de l'Intérieur n'a pas encore saisi la teneur du principe de reddition des comptes ressassé par le souverain à chaque occasion !
Désespérant !  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages