A lire aussi

05-12-2019 14:55

Le nombre de vos abonnés Youtube baissera probablement... La plateforme explique...

Certains Youtubeurs ont probablement constaté une baisse sensible dans le nombre des abonnés sur…
Rejoignez nous sur :

Le monde évolue à une vitesse vertigineuse grâce aux nouvelles technologies qui raflent, dans leur sillage, bien des habitudes de consommation et d’art de vivre, et les médias en font partie. Il y a une dizaine d’années, les consommateurs de la presse écrite découvraient de nouvelles plateformes de lecture avec trois bonus de taille. Un, la rapidité de la diffusion de l’information avec une instantanéité sans précédent. Deux, l’interactivité avec le support lu en postant un commentaire et en lisant les avis des autres. Trois, et c’est la cerise sur le gâteau, la gratuité. Est-ce que pour autant la presse classique est morte ou vouée à une disparition dans l’immédiat ? La réponse est non.

Cependant, la lecture n’est plus la même et les attentes des lecteurs sont plus ambitieuses. Que faire alors ? Subir passivement les effets de ces chamboulements ou contre-attaquer pour survivre ? La réponse est toute évidente. S’inscrire corps et âme dans la transformation digitale et considérer la migration numérique comme une chance et non une fatalité.

Pour ce faire, il n’y a pas de miracle, il faudrait changer de modèle économique, celui basé sur les segments classiques de revenus comme la publicité statique ou les ventes en kiosques. Le salut de la presse est tributaire de sa capacité à réagir rapidement et efficacement en élaborant des concepts novateurs porteurs de valeurs et en se diversifiant dans des créneaux développés autour de nouveaux formats de contenu. Toutes ces formules doivent être à portée de main, c’est-à-dire dans notre smartphone, mais moyennant un coût. Cela requiert des produits et des contenus de haute qualité à l’écoute du marché.

Certes, la gratuité doit rester, mais partiellement afin de servir comme produit d’appel. C’est donc une mutation aussi dans le marketing éditorial de la presse, un créneau souvent marginalisé mais qui s’impose de fait par la force de ces mutations, ce qui requiert une mise à niveau en continu du capital humain.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages