A lire aussi

17-07-2019 11:36

Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?

La Commission nationale des étudiants en médecine au Maroc (CNEMM) vient d’annoncer qu’elle ouvre…
Rejoignez nous sur :

Le message royal remis par Bourita au roi de l’Arabie Saoudite nous renvoie à un mouvement qui mérite analyse loin des spéculations autour d’une éventuelle accalmie. L’enjeu pourrait être plus sérieux qu’on ne le pense. En effet, si personne ne peut plus nier une certaine tension entre Rabat d’un côté et Ryad et Abou Dhabi de l’autre, force est de constater que les choses vont rapidement plutôt dans un sens contre-productif. Le Maroc, droit dans ses bottes, explique à chaque fois que sa diplomatie est et restera toujours indépendante de toute influence extérieure, fut-ce à l’égard de «grands amis».

Cependant, et il faut le dire clairement, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis veulent exercer un chantage mesquin sur le royaume chérifien qu’ils voudraient porter sur le terrain médiatique. Une stratégie satanique infiltrée de l’intérieur et orchestrée de l’extérieur. L’on se rappelle de ce groupe de journalistes marocains menés, à la charge d’Abou Dhabi, dans la capitale Émiratie officiellement pour mieux connaître le pays mais au final pour être officieusement «briefés» sur un exercice périlleux privilégiant l’interférence dans la vie politique marocaine.

En même temps, Abou Dhabi financerait le site d’informations marocain le plus influent, selon le site français bien connecté «Maghreb Intelligence» qui évoque une tentative de déstabilisation du royaume. Plus grave encore, il y a quelques jours, des révélations pour le moins inquiétantes, et à prendre très au sérieux, citent nommément deux chaînes télévisées en gestation financées par Abou Dhabi et Ryad avec un seul objectif ; nuire à l’image du Maroc. C’est pourquoi la vigilance doit être de mise et les voyants bien allumés, notamment en cette période dominée par des tensions régionales et un «risque pays» sous la loupe des observateurs internationaux. Au Maroc, la stabilité des fondamentaux est une ligne rouge infranchissable et on sait le faire savoir.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages