A lire aussi

10-12-2019 10:37

Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren

A tout juste 19 ans, le jeune pilote marocain Michael Benyahia a été sélectionné dans le programme…
Rejoignez nous sur :
Économie

La 7e édition, qui s’ouvre dans une semaine à Agadir, sera principalement consacrée à l’utilisation de l’énergie solaire dans la technologie de dessalement de l’eau de mer, l’adduction, le traitement, la réutilisation de l’eau et les sciences associées.

La ville d’Agadir s’apprête à abriter, la semaine prochaine précisément du 27 au 30 novembre, les travaux de la 7e Conférence internationale sur les énergies renouvelables et durables (IRSEC’2019). Organisée par l’Espace méditerranéen de technologie et d’innovation (MSTI), en partenariat avec l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN) et l’Université Mohammed V de Rabat (UM5), l’IRSEC, l’un des rares événements marocains, 100% scientifique, de renommée mondiale dans les énergies renouvelables, sera cette année principalement consacrée à l’utilisation de l’énergie solaire dans la technologie de dessalement de l’eau de mer, l’adduction d’eau, le traitement et la réutilisation de l’eau ainsi que les sciences et technologies qui y sont associées. Son objectif est en effet de contribuer à faire baisser le stress hydrique qui affecte plusieurs parties du monde, à travers la proposition de solutions scientifiques concrètes validées par un jury de 120 experts après avoir fait l’objet de recherche dans des laboratoires universitaires et des centres de recherche dédiés.

Présentation de résultats de recherche
Parmi les sujets qui seront présentés, il y aura, par exemple, celui du professeur, Mohamed Khayet de la Faculté de Physique de l’Université Complutense de Madrid en Espagne, sur les «membranes de surface modifiées pour le dessalement par technologie de distillation à membrane». Le groupe, qu’il dirige, a développé une procédure simple pour préparer des membranes composites hydrophobes/hydrophiles à double couche comme membrane de distillation (MD) sans aucune étape de post-modification utilisant un additif polyuréthane fluoré (FPA). Récemment, il a même pu modifier la surface des nanofibres polymères au moyen de FPA et préparer des membranes nanotexturées à l’électrofiltre avec des facteurs de rejet de sel de MD et des taux de production d’eau très élevés. Ce faisant, cette équipe de chercheurs pense qu’avec sa découverte, elle peut désormais surmonter le principal inconvénient de la technologie MD qui est la non-disponibilité actuelle de membranes sur le marché. Toujours dans le domaine du dessalement d’eau de mer, il y aura aussi celui du Docteur Sarper Sarp de l’Université de Swansea au Royaume-Uni sur «Processus de gradient de salinité : FO et PRO, sont-ils vraiment les réponses au dessalement et à la production d’énergie durable ?» Dans son exposé, Sarper va expliquer le fond thermodynamique des processus de gradient de salinité et essayer de montrer leurs limites. L’IRSEC’19 abordera également bien d’autres sujets d’actualité, couvrant plus largement les technologies vertes, l’efficacité énergétique, les énergies vertes, les systèmes d’énergie durable et les réseaux intelligents.

Booster les publications scientifiques du Maroc
L’objectif étant de faire émerger un maximum de projets qui boosteront la place du Maroc dans les publications scientifiques mondiales. En effet, «l’IRSEC se positionne désormais comme la plus grande conférence scientifique en Afrique et dans la région MENA, notamment dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Depuis son lancement en 2013, il a permis de faire émerger plus de 1.100 publications indexées, soit près de 50% des publications scientifiques du Maroc», ont révélé récemment les organisateurs dans un communiqué. À noter qu’à fin octobre dernier, un jury de 120 experts a évalué plusieurs dossiers de candidatures pour en sélectionner une cinquantaine qui seront présentés lors de l’événement. Les projets qui seront définitivement choisis seront publiés dans des revues scientifiques de renommée internationale appartenant à de grands organismes reconnus par les Nations Unies. L’IRSEC’19 comptera également deux autres espaces. Un large espace d’exposition, de mise en relations et d’opportunités de collaboration entre les experts, les chercheurs, les industriels et les décideurs intervenant dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, en provenance des quatre coins du monde. Et un espace de conférences, de tables rondes et d’ateliers où il sera question de solaire photovoltaïque, de solaire thermique, d’intermittence, d’hybridation, d’éolien, d’hydraulique, de techniques d’identification et de choix de sites de production, de technologies liées aux énergies renouvelables, de techniques de stockage, d’efficacité énergétique, d’énergies vertes, de changements climatiques, de systèmes énergétiques durables, de réseaux intelligents, etc. Ces différents sujets seront techniquement appuyés par l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE) et l’International Solar Energy Society (ISES), mais aussi par l’Université Abdelmalek Essaadi de Tétouan, la Coopération technique allemande (GIZ), la Moroccan Foundation for Advanced Science, Innovation and Research (MAScIR) et plusieurs organismes nationaux et internationaux de renom.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages