Imprimer
Catégorie : Économie
Affichages : 931

C’est un total de 33 amendements qui ont été apportés par les conseillers au PLF 2019. Le vote du projet prévu aujourd’hui.

C’est durant un laps de temps record que les deux Chambres du Parlement ont pu voter le PLF 2019. Le calendrier élaboré par la Chambre des conseillers, durant cette phase cruciale du vote, a été pleinement respecté, ce qui a permis aux parlementaires de gagner un précieux temps législatif durant cette session, marquée essentiellement par le temps consacré au budget.

Au total, ce sont 217 amendements qui ont été présentés au niveau de la 2ème Chambre, dont 156 ont été retirés durant les échanges au sein des commissions. Le gouvernement a, quant à lui, accepté 33 amendements, comme l’a indiqué Mohamed Benchaâboun (photo) durant son dernier oral devant les membres de la 2ème Chambre. «Le plus grand défi lancé aujourd'hui à la classe politique se rapporte à notre capacité de redonner confiance au citoyen», de même qu'il a insisté sur l'urgence de «rehausser le discours politique de manière à s'interroger sur l'efficacité des politiques publiques et de contribuer activement à les faire aboutir à la faveur d'un débat sérieux et responsable qui prend bien en considération l'intérêt de la Nation».

Le débat durant cette année a été essentiellement marqué par le non-recours à l’article 77 de la Constitution, ce qui serait synonyme d’une forte assimilation des normes fixées par la loi organique des finances. Les données des deux instances législatives indiquent, quant à elles, que sur les 224 amendements, qui ont été présentés par les groupes parlementaires au sein de la Chambre des représentants, ce sont 63 amendements qui ont été acceptés, alors que 90 amendements ont été rejetés. Après le débat, les députés ont retiré 69 amendements, soit 31% des suggestions d’amélioration du projet.

Le groupe du PAM a formulé 96 amendements, suivi des groupes de la majorité avec 61 amendements et celui de l’Istiqlal qui a présenté 50 amendements. D’autres détails montrent que la majorité et l’opposition se sont partagé les amendements acceptés au niveau de la 1ère Chambre, avec 29 amendements pour les deux parties. Pour la période 2019-2021, et en plus de l’accroissement de la visibilité des choix stratégiques, c’est la cohérence entre les stratégies sectorielles qui est prioritaire. Le PLF cite en effet «le renforcement du lien entre les stratégies sectorielles et le budget annuel», ainsi qu’ «une meilleure visibilité aux gestionnaires pour gérer leur programme et le suivi de la performance des politiques publiques».