A lire aussi

13-11-2018 10:39

13-11-2018

Télécharger le PDF
Rejoignez nous sur :
Économie

L’enclave espagnole a connu un rush sans précédent durant les vacances scolaires et le pont du 6 novembre. Les touristes marocains compensent la défection des résidents sebtis qui privilégient de plus en plus la péninsule.

Les vacances scolaires et jours fériés au Maroc font le bonheur des commerçants sebtis. La ville a enregistré un taux d’occupation hôtelière de 100% depuis le week-end dernier selon ce qu'ont déclaré aux médias les trois principaux établissements hôteliers de l’enclave, lesquels totalisent 304 chambres. «Ce sont des personnes avec un gros pouvoir d’achat et rien que leur simple présence suffit pour activer l’économie locale», souligne un éditorial du pure-player local, www.elpueblodeceuta.es.

«Les hôtels ont enregistré ce week-end un taux d’occupation de 100% grâce aux touristes marocains (…) cette réalité ne doit pas être omise par les autorités pour continuer à travailler, améliorer et faciliter ce genre de tourisme», poursuit l’éditorialiste.

De même, l’arrivée des touristes marocains compense le départ des résidents sebtis vers la péninsule durant les ponts comme ce fut le cas la semaine dernière. D’où les appels incessants des commerçants de la ville à l’adresse des autorités de l’enclave pour la mise en place d’une politique économique prenant en compte le fait que le salut économique de la ville passe par la promotion des arrivées des touristes marocains. De leur côté, les autorités de la ville déploient des trésors d’ingéniosité pour briller aux yeux du touriste national. En atteste d’ailleurs la multiplication des actions promotionnelles et les évènements à caractère commercial élaborés à l’adresse des visiteurs nationaux. Sur ce même registre, la ville a confié à une entreprise privée la mission d’attirer les Marocains habitués de la ville. L’entité en question se penchera sur l’élaboration d’une programmation répartie tout le long de l’année et déclinée sous forme de salons et rencontres professionnelles susceptibles d’intéresser les touristes marocains. Sa première action consiste en l’organisation d’un salon des «produits et services» dits halals. La date choisie pour accueillir cet évènement n’est pas anodine vu qu’elle tombe durant la semaine des vacances scolaires en janvier 2019. L’interdiction du passage des porteurs durant les vacances scolaires marocaines a contribué également à cette forte affluence des vacanciers nationaux.

De fait, les deux autorités et pour la première fois, ont établi un planning des «jours ouvrables» des porteurs s’affairant dans le commerce transfrontalier entre les deux zones. Le calendrier en question prenait en considération les fêtes et jours fériés des deux zones. Ces périodes sont connues pour être les jours de haute fréquentation des touristes marocains et des Sebtis qui traversent les frontières pour faire du tourisme sous nos latitudes. De surcroît, la ville compte lancer prochainement le projet de réhabilitation d’un site historique appelé Benzu pour séduire les visiteurs intéressés, non seulement par les emplettes mais aussi par les aspects culturel et découverte. La réhabilitation et la mise en valeur de ce site préhistorique, situé à proximité de la frontière, fera partie d’une série d’actions prévues par le gouvernement sebti pour diversifier l’arrivée de la clientèle et se défaire, petit à petit, de sa réputation de mall à ciel ouvert. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages