A lire aussi

15-10-2018 13:21

OiLibya se fixe un objectif de plus de 1.500 stations-services

Un réseau de plus de 1.500 stations-services: c'est là l’une des ambitions du moment du groupe…
Rejoignez nous sur :
Économie

Dans sa note trimestrielle de conjoncture du mois d'octobre, le Haut-commissariat au plan (HCP) indique que l’économie nationale devrait poursuivre son affermissement au quatrième trimestre 2018.

La croissance se situerait à 2,9%, au lieu de +4,4% au quatrième trimestre 2017. Cette croissance sera sous-tendue par un accroissement de 3,6% de la valeur ajoutée agricole. Pour sa part, la valeur ajoutée hors agriculture s'améliorerait de 2,8% au quatrième trimestre 2018, soit pratiquement le même rythme que le trimestre précédent. «La production végétale serait dopée par le raffermissement des cultures automnales irriguées, profitant de l’amélioration des réserves en eau de barrages. En revanche, la production animale devrait progresser à un rythme relativement modéré, dans le sillage de la poursuite du repli de la production de viande blanche» peut-on lire dans la note de conjoncture du HCP.

Prévisions
Toujours pour le quatrième trimestre de cette année, l’activité économique mondiale (hors agriculture) devrait évoluer dans un contexte marqué par la persistance des tensions commerciales, financières et politiques. Le rythme de croissance du commerce mondial ralentirait à 4,6% au quatrième trimestre 2018, affecté par les incidences du relèvement des barrières douanières et des éventuelles mesures supplémentaires mises en œuvre. Dans ce contexte, la demande mondiale adressée au Maroc devrait enregistrer une hausse de 4,5% en variation annuelle. «Cette hausse profiterait notamment aux industries manufacturières, dont la croissance s’établirait à 2,8%, au quatrième trimestre 2018, en rythme annuel. La croissance de la valeur ajoutée de la construction resterait modérée, se situant aux environs de 0,8%. Quant au secteur tertiaire, sa valeur ajoutée croîtrait de 3%, contribuant pour environ +1,5 point à la croissance globale du PIB», détaille la note du HCP. Dans ce contexte, et dans l’attente de la publication traditionnelle du budget économique prévisionnel de janvier 2019, la croissance annuelle devrait rester aux environs de 3% en 2018, ce qui concorde avec les prévisions annoncées dans le cadre du budget économique prévisionnel de 2018.

Réalisations
Le Haut-commissariat au plan fait savoir qu’au troisième trimestre 2018, la croissance économique nationale se serait établie à 2,8%, au lieu de +2,4% un trimestre auparavant. La valeur ajoutée agricole aurait poursuivi son affermissement, affichant un accroissement de 3,1%, en variation annuelle. Hors agriculture, la valeur ajoutée aurait progressé de 2,8% au lieu de 2,4% au trimestre précédent, portée par un léger redressement du secteur secondaire. Pour sa part, la demande intérieure aurait continué de soutenir la croissance économique nationale. Dans un contexte de décélération des prix à la consommation, par rapport au trimestre précédent, la consommation finale des ménages, en volume, se serait affermie de 3,5%, contribuant pour environ 2 points à la croissance globale du PIB, au lieu de +1,9 point un trimestre auparavant. Les dépenses de consommation auraient plutôt profité aux produits locaux; les importations de biens finis de consommation n’auraient crû que de 1,9%, en glissement annuel. Elles auraient été alimentées, particulièrement, par un accroissement de 5,5% des crédits à la consommation, alors que les transferts des MRE auraient fléchi de 4,4% en variation annuelle. La valeur ajoutée agricole, quant à elle, aurait progressé de 3,1% au troisième trimestre 2018 en variation annuelle, contribuant pour 0,3 point à la croissance économique globale. Le rythme de croissance des activités hors agriculture se serait légèrement accéléré, au troisième trimestre 2018, pour se situer à 2,8% au lieu de +2,4% un trimestre auparavant. Contribuant pour près de 1,5 point à la croissance globale du PIB, le secteur tertiaire aurait continué de soutenir l’activité économique grâce notamment à la bonne orientation du commerce, du transport et des activités touristiques, dont la valeur ajoutée aurait crû de 5,2%. La contribution du secteur secondaire à la croissance économique globale aurait été de +0,6 point, au lieu de +0,5 point un trimestre auparavant.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages