A lire aussi

15-10-2018 09:39

Francophonie. Peut mieux faire !

Une nouvelle feuille de route de la francophonie sera bientôt lancée. La nouvelle secrétaire…
Rejoignez nous sur :
Credit Agricole Fellah Trade
Économie

Lancé en 2014, le département de tutelle a entamé une évaluation des 3 ans d’application du bac professionnel. Ce dernier connait un succès grandissant.

La formule du bac professionnel a-t-elle permis de renforcer et de diversifier l’offre ? La question préoccupe actuellement le département de l’Éducation nationale qui prépare un bilan d’étape de la mise en œuvre de cette réforme lancée en 2014 et supposée faciliter l’accès des bacheliers au monde de l’entreprise. Les nouvelles données communiquées aux membres de la Chambre des représentants indiquent que l’année 2017-2018 a permis d’élargir considérablement le tissu des établissements spécialisés dans les filières du bac professionnel. Actuellement, «ce sont plus de 22.000 élèves qui sont inscrits dans les filières professionnelles au sein de 300 établissements. Le nombre des filières a atteint quant à lui 22 branches, de même que le nombre des candidats au bac s’est multiplié et a atteint 2.159 durant cette année scolaire», selon les statistiques du département de l’Éducation nationale. Cette année, c’est la 2e promotion qui devra avoir son baccalauréat professionnel, ce qui a amené les responsables à dresser un état des lieux avant le démarrage de la prochaine année scolaire.

Les entraves
Plusieurs obstacles continuent d’empêcher la formule de stimuler davantage d’élèves. Il s’agit essentiellement du français comme langue d’apprentissage, laquelle constitue l’une des faiblesses de la formule actuelle, sans oublier le flou qui persiste autour de l’avenir des élèves qui n’arrivent pas à décrocher leur bac. Plusieurs catégories d’élèves n’arrivent pas en effet à suivre la cadence normale des cours, notamment dans les branches industrielles et d’agriculture, de même que les frontières ne sont pas clairement tracées entre le bac professionnel et la formation professionnelle délivrée par l’OFPPT. Lors du débat parlementaire autour de la question, les élus ont insisté sur «la conclusion des partenariats avec les unités industrielles en vue d’assurer l’intégration des lauréats» ainsi que la prise en compte «de la réticence des élèves à s’inscrire dans les filières professionnelles du bac», selon les constats dressés par les élus. Il est à noter que 4 branches du baccalauréat professionnel se sont ajoutées au cours de l'année scolaire actuelle alors que l'objectif est de porter leur nombre à 40 filières.

Credit Agricole Fellah Trade 201/ 2019

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages