A lire aussi

16-10-2018 14:48

Les Marocains se tournent de plus en plus vers le Médiateur

L'Institution du médiateur du royaume reçoit de plus en plus de plaintes et doléances ne relevant…
Rejoignez nous sur :
Credit Agricole Fellah Trade
Économie

La caravane agricole de Phosboucraa a fait escale dans la province d’Assa-Zag, jeudi dernier. Une opération de proximité lancée depuis 2015 et qui se fixe l’objectif de former les éleveurs aux meilleures pratiques pastorales.

Acinq mètres de la route principale qui traverse la province d'Assa-Zag, une subdivision à dominante rurale de la région marocaine de Guelmim-Oued Noun, Mouloud Hamay veille sur son troupeau de dromadaires. Composé d’une centaine de bêtes, le troupeau broute nonchalamment les maigres tiges de betterave, dépourvues de feuilles. C’est le seul aliment de bétail que l’éleveur peut se procurer en ce moment pour nourrir ses animaux qui, faute de pâturage, commencent malheureusement, à perdre leur réserve de graisse. Faméliques et assoiffés depuis près d’une semaine, les chameaux de Mouloud ont tellement faim qu’ils ne se soucient guerre du vrombissement des moteurs des rares voitures qui passent juste sous leur nez. «La dernière pluie remonte à trois ans !», nous confie le jeune garçon qui accompagne le «pasteur». Un résumé fidèle de la terrible situation à laquelle sont confrontés les éleveurs de cette partie saharienne du royaume. Inutile donc de rappeler que les éleveurs sont inquiets puisqu’ici, 70% des populations locales vivent de l’élevage, lequel représente effectivement leur source principale de revenus.

Arrivée à point nommé
Dès lors, la «caravane agricole Phosboucraa» qui a fait escale, le jeudi 5 avril dans la province sonne comme une délivrance. Organisée par le Groupe OCP et la Fondation Phosboucraa, cette opération de proximité est une manifestation axée sur l’accompagnement, la sensibilisation et la formation des petits éleveurs-agriculteurs de l’élevage camelin dans les régions du sud du Maroc, indiquent les organisateurs. Elle s’inscrit dans le cadre du soutien «constant» apporté par le Groupe OCP et ses Fondations au Plan Maroc Vert. C’est ce qui explique d’ailleurs , pour la réussite de cet événement, le soutien du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime et l’enthousiasme des autorités de la province d’Assa-Zag ainsi que la chambre d’agriculture et les organisations professionnelles de la même province.

Sessions de formation intenses
Très attendu des éleveurs, l’événement devra permettre en effet de renverser la tendance inquiétante qui prévaut dans la localité. A ce propos, il faut dire que beaucoup d’attentes n’ont pas été déçues puisque la 6e étape de la caravane agricole a permis l’accompagnement, la sensibilisation et la formation de plus de 350 petits éleveurs-agriculteurs de la filière cameline. Dans la même foulée, la campagne de sensibilisation et de formation qui a déjà traversé plusieurs localités; à savoir Dakhla, Smara, Laâyoune ou encore Bir-Gandouz, a offert un accompagnement complet en matière de conduite de l’élevage et de la valorisation des produits du dromadaire, comme le souligne le docteur-vétérinaire Abdelmalek Sghiri. Dans une interview aux «Inspirations ECO», le professeur à l’IAV Hassan II de Rabat, qui vient de participer pour la troisième fois à la caravane, souligne la réussite des sessions de formation dédiées aux éleveurs et auxquelles il a participé. «Ce genre d’initiatives permet aux éleveurs de se former aux meilleures pratiques; notamment en ce qui concerne la reproduction et la conduite du bétail». Appelées autrement master-classes, les sessions se sont déroulées les 3 et 4 avril au profit de 60 éleveurs. Animées par des experts marocains mais aussi des spécialistes étrangers, présentant l’expérience de leurs pays respectifs en matière de développement de la chaîne de valeur cameline, elles ont été axées sur des techniques, jusqu'ici ignorées par les éleveurs ou peu pratiquées, à savoir la conduite rationnelle des élevages camelins ainsi que l’amélioration des performances de la filière grâce à une meilleure maîtrise des volets alimentation, santé et valorisation du lait et de la viande de dromadaire. Enfin, en plus de ces sessions de formation, des stands ont été mis à la disposition des éleveurs durant tout le passage de la caravane. Objectif: donner à ces derniers l’opportunité d’approfondir leurs connaissances sur la «Campagne santé cameline», actuellement menée par la Fondation Phosboucraa, l’ONSSA et les Associations des éleveurs de dromadaires, au niveau de la région Guelmim- Oued Noun.

Credit Agricole Fellah Trade 201/ 2019

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages