A lire aussi

20-06-2018 11:18

Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA

Les membres du Conseil national de l'Ordre national des vétérinaires (ONV) ont montré leur volonté…
Rejoignez nous sur :
Économie

Une sélection des candidates retenues a été opérée entre le 29 janvier et le 1er février à Mechraâ Bel Ksiri, Meknès, Marrakech, Agadir et Oujda. Cependant, il faudra attendre le retour des Espagnols qui devront fournir à l’ANAPEC la liste des ouvrières sélectionnées.

Le départ des ouvrières agricoles bénéficiant d'un permis de travail en Espagne a été fixé à avril prochain L’annonce vient d’être faite par le ministère du Travail et de l’intégration professionnelle. Pour rappel, cette opération est supervisée par l’Agence régionale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et la Division de l'emploi à l'étranger relevant du ministère. Au 19 janvier dernier (première phase) sur 33.452 dossiers déposés, 12.944 ont été présélectionnés. Ensuite, une sélection des candidates retenues a été opérée entre le 29 janvier et le 1er février à Mechraâ Bel Ksiri, Meknès, Marrakech, Agadir et Oujda. Cependant, il faudra attendre le retour des Espagnols qui devront fournir à l’ANAPEC la liste des ouvrières sélectionnées. Cela dit, l’accord entre les Marocains et les Espagnols stipulent que le ministère de l'Intérieur marocain devra faciliter l'obtention ou le renouvellement des passeports, alors que les autorités espagnoles s’occuperont l'octroi des permis de travail.

Cette opération prévoit aussi des sessions d'information et de sensibilisation au profit des ouvrières sélectionnées. Mieux encore, le département de l’Emploi a prévu une agence mobile qui sera installée au port de Tanger-ville dont l’objectif est «d’accompagner les ouvrières sélectionnées». Le suivi des conditions de travail et de logement de ces ouvrières se fera par les services du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale. Pour rappel, cette opération a été montée dans le cadre de la convention de la main-d’œuvre signée entre le Maroc et l'Espagne le 25 juillet 2001. Cela étant, il faut savoir que le ministère de l’Emploi marocain a reçu en décembre dernier une demande de l’ambassade espagnole pour le recrutement de 11.000 ouvrières qui devront récolter des fruits rouges pour le compte d'entreprises espagnoles dans la province de Huelva. Selon le contrat de travail qui porte sur une durée de 3 mois, les ouvrières marocaines devront percevoir un salaire journalier de 37 euros net. Le transport et le logement sont à la charge de l’employeur. 

GCAM Engagés pour une citoyenneté accomplie

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages