A lire aussi

15-01-2018 11:20

La clôture du jumelage Maroc/UE prévue aujourd’hui

Habib El Malki et son homologue François De Rugy, président de l’assemblée nationale française…
Rejoignez nous sur :
Économie

Au terme du mois de novembre, les crédits bancaires affichent  une hausse mensuelle et annuelle. Le seul crédit en repli sur  les deux périodicités est celui des facilités de trésorerie.

Au fil des mois, le crédit bancaire semble se ressaisir. Au terme du mois de novembre 2017, il marque une augmentation de 0,2% comparativement à octobre de la même année. Par rapport au même mois de 2016, la hausse est de 4,8%. La progression mensuelle reflète l’accroissement de 2,7% des prêts à l’équipement et de 0,2% de ceux à la consommation. En revanche, les facilités de trésorerie et les concours à l’immobilier ont enregistré des replis de 1,6% et de 0,1% respectivement.

Créances en souffrance en légère hausse
En glissement annuel, la hausse du crédit bancaire de 4,8% porte son encours total à 834,12 MMDH et ce sont les concours à l’équipement qui y contribuent le plus. En accélération, leur rythme de croissance annuelle passe de 13,6% à fin octobre à 14,6% à fin novembre pour un encours qui s’établit ainsi à 170,88 MMDH. Les crédits aux promoteurs immobiliers reprennent aussi des couleurs avec une croissance de 5,8%, la seconde en termes d’importance, portant l’encours à 59,67 MMDH. Les crédits à la consommation affichent un surplus de 4,4% pour un encours se fixant à 50,97 MMDH. Les crédits à l’habitat pour leur part avancent de 3,9% à 195,33 MMDH. Seuls les comptes débiteurs et crédits de trésorerie reculent de 1,8% à 166,91 MMDH. Enfin, les créances en souffrance n’avancent que de 1,1% à 63,5 MMDH.

Le secteur non financier, principal demandeur
Par secteur institutionnel, les concours alloués au secteur non financier se sont accrus de 5,4% après 5,2% le mois précédent. Cette évolution traduit essentiellement une hausse de 21,1% après 15,7% des crédits aux collectivités locales, ceux aux sociétés non financières publiques ont, quant à eux, progressé de 15,5% au lieu de 16,1%. S’agissant des prêts au secteur privé, leur taux de progression est resté au même niveau que le mois précédent, soit 4,3% avec une hausse de 4,7% après 4,4% des concours alloués aux sociétés non financières privées et une décélération de la croissance des crédits aux ménages à 3,9% après 4,1%.

Repli des dépôts
Concernant les dépôts, il y a lieu de noter une atténuation de la baisse des comptes à terme à 7,9% après 8,4% et une croissance stable des placements à vue à 5,2%. Pour sa part, le taux de progression des dépôts à vue auprès des banques a légèrement baissé de 7,4% à 7,3% et celui des détentions en titres d’OPCVM de 7,2% à 6,6%. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages