A lire aussi

15-01-2018 15:04

Brexit : La facture sera salée pour Theresa May

Image par défaut
Le casse-tête du Brexit est loin d'être résolu. Les Européens envisagent d'ores et déjà de…
Rejoignez nous sur :
Économie

La ventilation de l’indice des prix des actifs immobiliers fait ressortir une stabilité touchant les prix de l’immobilier résidentiel. Toutefois, cette baisse cache des disparités importantes entre les villes.

Trimestre après trimestre, les prix de l’immobilier résidentiel semble tracer une correction à la baisse. Selon l’indice des prix des actifs immobiliers du troisième trimestre de l’année en cours, l’indice des actifs dédiés au résidentiel ont marqué une stagnation.

Dans le détail, les prix des appartements ont connu une stagnation d’un trimestre à l’autre. Les maisons ont pour leur part connu une légère baisse de 0,6% tandis que seules les villas ont pu grimper d’un 2,8%. Parallèlement, le nombre de transactions y correspondant a connu une baisse de 2,4% concernant les appartements et un fléchissement de 15,4% pour les villas. Les maisons profitant du repli touchant leurs prix ont vu leur nombre de transactions avancer de 3,9%. Si les indices globaux tracent des tendances claires, la ventilation par ville fait ressortir des écarts assez importants.

Ainsi, la plus forte baisse des prix toutes catégories de logements résidentiels confondues a touché les villas situées à Kénitra. Le recul a été de 8,6% contrastant avec la croissance des ventes de 17,6%. Les prix des maisons à Meknès font aussi parti du trio de tête avec une baisse de 5,7% alors que le nombre de transactions a avancé de 39,3%. Plus modérée, la baisse des prix des villas à Rabat a été de 2,4% accompagnant ainsi le repli de 11,4% du nombre des transactions. Cette même ville affiche pourtant la plus forte hausse des prix, touchant notamment ceux des maisons avec un bond de 20,4% en dépit de la stagnation du nombre de transactions. Casablanca s’affiche après la capitale administrative avec une hausse de 14,7% des prix des villas malgré une baisse de 21,6% du nombre de transactions. Marrakech clôture ce trio de tête des hausses avec une avancée de 8% des prix des villas contre un fléchissement de 44,3% du nombre de transactions. S’agissant des terrains, ils se sont renchéris au troisième trimestre de 1,3% après avoir connu une baisse des prix de 0,9% le trimestre précédent. Les transactions ont, quant à elles, augmenté de 3,5% après avoir diminué de 4,5%. Quant à l’immobilier commercial, ses prix continuent de reculer.

Après un repli de 4,1% au deuxième trimestre, l’indice des prix des biens à usage commercial a de nouveau baissé de 0,4%, avec notamment une diminution de 0,5% pour les locaux commerciaux et de 1,5% pour les bureaux. Quant aux transactions, leur nombre a reculé de 3,3% reflétant des baisses de 18,9% des ventes de bureaux et de 0,6% de celles des locaux commerciaux. L’indice dans sa globalité (indice des prix des actifs immobiliers ou IPAI) marque en conséquence une légère hausse de 0,6%.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages