A lire aussi

20-11-2017 15:16

Sherine jugée le 23 décembre

La chanteuse égyptienne Sherine Abdelwahab comparaîtra devant le tribunal le 23 décembre pour avoir…
Rejoignez nous sur :
Économie

Les échanges commerciaux entre le Maroc et la Belgique demeurent marqués par la faible compétitivité des exportations marocaines et le déséquilibre flagrant des flux commerciaux. À l’occasion de la tenue de «La Semaine belge au Maroc» du 13 au 17 novembre, les opérateurs belges et marocains explorent les pistes d’amélioration.

Semaine chargée pour la coopération maroco-belge. L’ambassade et le consulat général de Belgique au Maroc organisent la première édition de «La Semaine belge au Maroc» du 13 au 17 novembre. Cet évènement a pour objectif de célébrer les excellentes relations qu’entretiennent les deux Royaumes, de longue date, tant sur le plan politique et économique que dans l’amitié entre les peuples. Le programme propose ainsi d’aborder la culture, la gastronomie, les affaires, ainsi que l’action de la coopération belge au Maroc.

Déséquilibre
Les échanges économiques et commerciaux ont notamment besoin d’un remontant. Malgré une progression notable durant ces dix dernières années, le Maroc n’est que le 44e client de la Belgique et son 60e fournisseur. Les importations en provenance de Belgique se chiffrent en 2016 à 832,2 millions d’euros, progressant de 9,7%, tandis que les exportations marocaines ne représentent que 305 millions d’euros, regressant de près de 16,4% en une année. La balance commerciale est excédentaire de 527,2 millions d’euros au profit de la Bélgique. Les exportations belges demeurent principalement concentrés sur des métaux de base (22,6%), machines et équipements (20%) et produits chimiques (15,8%). Quant aux exportations marocains, elles demeurent principalement concentrés sur les produits chimiques (35,9%), les produits textile (15,6%) et les produits agroalimentaires (10,5%). Il est évident que les relations économiques et commerciales bilatérales présentent un potentiel de croissance appréciable, car elles sont appelées à refléter toute l’intensité des relations humaines et politiques déjà existantes. «Le dynamisme actuel de l’économie marocaine offre de nombreuses opportunités d’investissements et le Maroc est de plus en plus une porte d’entrée sur le continent africain.  Continent où les entreprises belges ont déjà une belle expertise mais qui pourrait être renforcée par des partenariats économiques mutuellement bénéfiques entre les deux pays», explique Christophe de Nijs, conseiller affaires politiques et économiques au sein de l’ambassade du royaume de Belgique au Maroc. La présence de groupes économiques et financiers marocains en Belgique est d’ailleurs une aubaine accordant aux opérateurs marocains une meilleure intégration au marché européen.

Nouveau départ
Les entreprises belges sont d’ailleurs bien présentes dans les secteurs textiles et des fibres, dans la construction, le dragage et les constructions portuaires ou les services. «Les différents niveaux de Pouvoirs en Belgique ont également bien pris conscience de ce fort potentiel et, outre une présence culturelle, académique et
scolaire réelle, bénéficiant de notre appartenance conjointe à la francophonie, de nombreux efforts sont mis en place par nos Régions pour développer davantage la relation économique», souligne De Nijs. C’est dans cette optique qu’une mission économique et commerciale d’envergure sous la direction de la Princesse Astrid de Belgique se profile à l’horizon de novembre 2018. Cette mission économique devrait permettre de renforcer encore la bonne relation bilatérale commerciale. «La Wallonie a d’ailleurs d’ores et déjà défini le Maroc comme l’un de ses marchés prioritaires», explique le conseiller. La chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise au Maroc organise d’ailleurs ce mardi un événement portant sur le «Made In Belgium» ayant pour mission d’encourager le business entre les deux pays en épaulant les opérateurs économiques en leur garantissant un réseau d’affaires fiable grâce à une exposition et à un séminaire organisés à cet effet. L’objectif étant d’explorer les potentialités de la Belgique, notamment dans le secteur médical.

Nouveau modèle
Il faut dire que le Maroc est également un partenaire privilégié de la Coopération au développement menée par la Belgique depuis plusieurs dizaine d’années. Dans ce sens, la Belgique a mené beaucoup de projets en partenariat avec les autorités marocaines dans des secteurs essentiels, principalement l’eau, l’agriculture et la formation professionnelle. Un nouveau programme de coopération pour la période 2016-2020 est actuellement en cours de mise en place. Basé sur l’échange d’expertise, le renforcement des capacités et le transfert de technologie, le programme prend du retard dans son application. «Nous sommes actuellement en train de valider les domaines dans lesquelles nous voulons intervenir. Il s’agira d’un nouveau modèle de coopération, plus soft, marqué par l’échange d’expertise et le transfert de technologie», précise le représentant de l’ambassade de Belgique. Le programme de coopération 2016-2020 a été validé lors de la 19e session de la commission mixte belgo-marocaine le 19 mai 2016. Il a permis de retenir le financement de 4 programmes sectoriels, portant sur la promotion et la protection des droits des Femmes et des enfants, l’appui à la gestion de la thématique migratoire, l’appui à l’entreprenariat féminin et des jeunes. Le programme inclus également le renforcement des compétences des fonctionnaires de l’Administration. Le choix de ces domaines de coopération est le résultat de l’analyse de la situation du Maroc comme pays à revenu intermédiaire, ses besoins prioritaires en appui, les apports des autres bailleurs de fonds et la valeur ajoutée de la Coopération belge au Maroc. La coopération sécuritaire entre le Maroc et la Belgique est également un point fondamental du partenariat du fait de la menace terroriste qui frappe les deux pays et la pertinence de l’approche multidimensionnelle appliquée par le Maroc pour faire face au risque de radicalisation. Les relations maroco-belges revêtent également une dimension humaine tout à fait particulière étant donné l’importance de la communauté d’origine marocaine en Belgique. Avec environ un demi-million de personnes, cette communauté est la deuxième plus grande communauté d’origine étrangère en Belgique et la première dans la région bruxelloise. Pour leur part, près de 4.500 Belges sont officiellement inscrits auprès des postes diplomatiques belges au Maroc et le nombre de nos touristes oscille autour des 90.000 par an, chiffres d’ailleurs en progression. 


Un «moussem» belge au Maroc

À l’occasion de la semaine belge au Maroc, l’ambassade du royaume de Belgique au Maroc organise également un «moussem» Belge. L’objectif étant de faire découvrir comment les acteurs de la Coopération belge contribuent au développement du Maroc. Cette découverte se fera, d’une part, au travers d’une exposition participative sur les projets des acteurs de la Coopération belge au Maroc et, d’autre part, par le biais de tables rondes sur des thématiques liées aux Objectifs de Développement Durable. Le premier événement permet à une douzaine d’acteurs de la Coopération belge et leurs partenaires locaux d’exposer dans des stands les réalisations de leurs projets au Maroc. Cette exposition reflètera les actions de la Coopération belge sur le terrain et permettra de visualiser les projets appuyés par la Belgique au Maroc. En parallèle, des tables rondes portant sur des sujets liées aux Objectifs de Développement Durable animeront le moussem belge. L’objectif de ces tables rondes est de réfléchir sur les opportunités et les défis de la Coopération internationale dans sa contribution à la réalisation de ces objectifs à l’horizon 2030.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages