A lire aussi

16-11-2017 09:46

Samir «obsolète» selon Rabbah

Les conséquences économiques de la fermeture de la raffinerie de la SAMIR ont été «résorbées par le…
Rejoignez nous sur :
Économie

C’est officiel. La présidence de la COP 23 est désormais assurée par les Iles Fidji, qui devront continuer le travail de leurs prédécesseurs pour la réduction des gaz à effet de serre.   

Ça y est, c’est fait ! Le Maroc a officiellement remis la flamme de la COP aux Îles Fidji. La cérémonie a  eu lieu le 6 novembre, à Bonn en présence des membres de la délégation officielle marocaine conduite par Nezha El Ouafi, la Secrétaire d’État chargée du développement durable et de Salaheddine Mezouar, président de la COP22. Les deux personnalités marocaines ont remis la flamme, sous forme d’une torche électrique, à   Deo Saran, qui a représenté le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama, lequel assure désormais la présidence de la COP23.

À cette occasion, l’ambassadeur fidjien s’est félicité de la portée de cette initiative qui symbolise l’esprit de la COP en encourageant des projets à faible émission de carbone. Une tradition que la nouvelle présidence fidjienne entend perpétuer à la fin de son mandat lors de la COP24 dont le lieu sera déterminé à la fin de la conférence de Bonn, la semaine prochaine. Succédant à Deo Saran, le président sortant de la Conférence onusienne sur le climat, Salaheddine Mezouar, a salué, lui aussi, cette «initiative magnifique» venant de la part de jeunes Marocains de France. Présents l’année dernière à Marrakech avec des voitures et une torche électrique en provenance de Paris, «ces jeunes font honneur au Maroc et à la jeunesse marocaine», a-t-il déclaré.

Pour Nezha El Ouafi, Secrétaire d’État chargée du Développement durable, cette «initiative intelligente», développée par des Marocains du monde, témoigne de la capacité de mobilisation générée par la COP22 auprès de la société civile et des entreprises ayant soutenu ce projet. Signalons que la flamme de la COP est une torche photovoltaïque conçue par de jeunes ingénieurs Marocains qui l’ont baptisée «Light us». Leur objectif est de la proposer à l’ONU afin qu’elle en fasse le symbole de son engagement en faveur du développement durable et de la préservation de la planète. Transportée l’année dernière de Paris à Marrakech à travers un convoi de 7 voitures électriques, cette «flamme» a mobilisé cette fois-ci 17 voitures électriques qui ont relié Marrakech à Bonn en faisant une escale à Rabat et à Barcelone.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages