A lire aussi

16-11-2017 09:46

Samir «obsolète» selon Rabbah

Les conséquences économiques de la fermeture de la raffinerie de la SAMIR ont été «résorbées par le…
Rejoignez nous sur :
Économie

Le projet « Dakhla Atlantique », dont le coût initial se hisse à 6 MMDH, devra booster le développement économique, social et industriel dans la région.

Dakhla se dotera d'un deuxième port sur la façade atlantique. D’un coût initial estimé à 6 MMDH, cette nouvelle infrastructure portuaire, baptisée « Dakhla Atlantique », devra apporter une plus-value au secteur de la pêche et renforcer l’attractivité de la région. En d’autres termes, il s’agit d’une véritable plateforme logistique qui permettra de pallier les besoins de l’actuel port de Dakhla, jugé fragile vu son emplacement dans une baie quasi fermée. « Dakhla Atlantique » est destiné, en effet, à accueillir les trafics liés aux produits de la pêche et à l’exploitation des petits pélagiques du stock C (Boujdour-Lagouira) et servira d’outil logistique et économique pour faciliter la structuration économique et sociale du sud du royaume.

Selon les responsables, « la création d'un nouveau port sur la façade atlantique répondrait à des objectifs géostratégiques et de développement régional et d’autres spécifiques au secteur de la pêche ». Autre avantage de ce nouveau port : il devra permettre d'exporter directement les produits régionaux vers les pays de destination finale (produits de la pêche et de l’agriculture) après valorisation et de faciliter l’importation à coût réduit des intrants nécessaires à l’industrie, à la population, à l’agriculture, au tourisme et aux équipements énergétiques prévus.

Il est à rappeler que la région de Dakhla se distingue également par une baie de 400 km², dont l’écosystème lui a valu trois statuts de reconnaissance en tant que site d’une grande importance écologique.

Selon le bilan de 2016, la région contribue à hauteur de 45% de la production halieutique nationale. C’est alors qu’en 2016, la flotte maritime a réalisé une production halieutique de l’ordre de 624 tonnes, pour une valeur estimée à 2,3 milliards de dirhams.

A l'horizon 2030, la nouvelle dynamique insufflée par le futur port devrait engendrer 183.000 emplois additionnels.

 Chiffres clés :

-       Digue principale de 2.800 mètres et une digue secondaire de 600 m.

-       Un quai de commerce de 800 m sur 12.

-       Un quai de pêche hauturière de 1.500 m sur 7.

-       Un bassin de 39 hectares et un élévateur de bateaux d'une capacité de 450 T.

-       Quantités de produits de la mer débarqués (prévisionnel) : 950 000 T.

-       Trafic maritime du port de commerce (prévisionnel)

               Entrant (prévisionnel) : 1.500.000 T.

               Sortant (prévisionnel) : 700.000 T.

               Total : 2.200.000 T dont 100.000 EVP.

-       Trafics entrant dominants : approvisionnement usines et population ; carburant ; ciment clinker.

-       Trafics sortant dominants : produits de la mer et produits maraichers.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages