A lire aussi

14-11-2017 12:46

Saham Assurance réduit sa participation dans Label’Vie

La compagnie Saham Assurance a franchi à la baisse le seuil de participation de 10% dans le capital…
Rejoignez nous sur :
Économie

Un dispositif de financement global a été mis en place pour faire émerger l’entrepreneuriat innovant dans les quatre coins du Maroc. Le Fonds Innov Invest qui vient d’être lancé cible pas moins de 300 projets innovants sur les cinq prochaines années.

La promotion de l’entrepreneuriat innovant est un enjeu de taille pour booster l’économie nationale. Les pouvoirs publics sont appelés à soutenir les entrepreneurs innovants, notamment les jeunes en vue de mettre en œuvre leurs projets d’autant plus que le créneau est on ne peut plus porteur. Désormais, des efforts sont entrepris pour dynamiser ce secteur sur le plan national. Le projet de loi de Finances 2018 comporte «un petit signal» pour encourager les investisseurs à s’intéresser à ce secteur pour reprendre l’expression du ministre de l’Économie et des finances.

À cela s’ajoute le lancement, hier à Rabat, des principales composantes du «Fonds Innov Invest» qui offre des opportunités concrètes en termes d’appui et de financement dédiés aux startups et porteurs de projets innovants. Une initiative qui se fixe des objectifs ambitieux tant sur le plan de la valeur ajoutée que de celui de la création des postes d’emploi. Mohamed Boussaïd reconnaît que le processus a été, certes, minutieux mais long. Le Maroc qui aspire à l’émergence se doit de créer un nouvel écosystème d’entreprises innovantes et déclencher ainsi une réelle dynamique économique, comme a tenu à le préciser l’argentier du royaume. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle. Aussi, les pouvoirs publics entendent-ils mettre en place les moyens financiers nécessaires au profit de cette catégorie d’entrepreneur et miser aussi sur l’accompagnement. Avant l’opérationnalisation du fonds, la Caisse centrale de garantie (CCG) a mené un processus méticuleux de sélection des principaux acteurs : gestionnaires de fonds, investisseurs institutionnels et structures d’accompagnement labellisées. 700 MDH sont prêts à être investis dans des startups innovantes pour les cinq prochaines années dont 300 MDH provenant de la CCG via le «Fonds Innov Invest». Un montant qui s’ajoute à la participation d’investisseurs nationaux et étrangers à hauteur de 400 MDH. Ce montant pourrait être revu à la hausse.

En effet, d’autres investisseurs intéressés par ce fonds pourraient rejoindre son tour de table. La Banque mondiale est le partenaire financier de cette initiative à travers un prêt accordé à l’État. Les fonds mobilisés visent à réaliser des prises de participation dans des startups innovantes en vue de réduire le gap de financement qui existe pour cette catégorie d’entreprises. Des secteurs-clés sont essentiellement concernés par cette initiative comme la technologie de l’information, les énergies renouvelables et la Fintech associant finance et technologie. Ainsi, quatre nouveaux fonds d’investissements viennent de voir le jour dont deux sont initiés dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêts lancé par la CCG : «Azur Innovation» et «Seaf Morocco Growt Fund». Deux autres fonds ont été retenus dans le cadre du guichet dédié au soutien des initiatives privées : «Maroc Numeric Fund II» et «Green Innov Invest». En ce qui concerne le pré-amorçage, Boussaïd annonce la labellisation des six premières structures d’accompagnement des porteurs de projets innovants retenus à l’issue de la première édition : APP Editor, Cluster solaire, Impact Lab, R&D Maroc, Réseau Entreprendre Maroc et Startup Maroc. En collaboration avec la Caisse centrale de garantie, ces structures assureront le financement des premiers stades d’amorçage de projets innovants sur tout le territorial national. Une seconde édition de la phase pré-amorçage est prévue l’année prochaine afin d’intégrer de nouvelles structures d’accompagnement de porteurs de projets innovants. Par ailleurs, la communication est de mise pour sensibiliser les jeunes porteurs de projets sur les procédures de financement pour la mise en œuvre de leurs projets innovants et susciter ainsi l’engouement escompté.

Les points retenus par la Banque mondiale
Bon nombre de points sont à retenir de la nouvelle initiative de la promotion de l’entrepreneuriat innovant de l’avis du chargé du programme développement durable pour le Maghreb et Malte (Région MENA) de la Banque mondiale, Jaafar Friaa. Il s’agit, en premier lieu, de soutenir la création d’un écosystème entrepreneurial à travers la conception d’un programme de financement qui investira dans les PME innovantes aux côtés d’investisseurs privés. Le programme s’attèlera également au renforcement du savoir-faire en matière d’investissement des agences d’écosystèmes soutenant les entrepreneurs. Une fois qu’une masse critique de projets réussis a été atteinte, le but sera d’élargir le marché et de relier l’écosystème marocain en début de croissance aux investissements internationaux. Le responsable de la Banque mondiale estime que les startups marocaines ont tout le potentiel de réussir localement si on leur accorde un écosystème favorable avec des financements compétitifs et des services adaptés. Elles pourront aussi profiter de la «profondeur africaine» pour un facteur d’échelle. À cela s’ajoute l’importance de l’accès à des services financiers bien développés pour la promotion d’une croissance économique équitable et inclusive, notamment pour les jeunes et les femmes.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages