A lire aussi

15-06-2018 16:16

Le Maroc perd deux places dans l’indice RECAI 2018

Avec une note de 52,2 sur un maximum de 100, le Maroc perd deux places dans l’indice RECAI…
Rejoignez nous sur :
Économie

L’ONHYM vient d’annoncer que le montant des investissements de ses partenaires a atteint plus de 1,1 milliard de DH à fin décembre 2016. En plus des 117,5 millions de DH d’investissements propres. 

La conjoncture internationale caractérisée par la baisse des prix du pétrole ne semble pas avoir un d'effet négatif sur la prospection des hydrocarbures au Maroc. Selon un communiqué publié à l'issue de la tenue, mercredi dernier à Rabat, de sa 13e session de son conseil d'administration, l’ONHYM (Office national des hydrocarbures et des mines) révèle que le montant des investissements de ses partenaires a atteint plus de 1,117 milliard de DH à fin décembre 2016, en plus des 117,5 millions de DH d’investissements propres de l’office, engagés au cours de la même année. Ces investissements ont été l’œuvre de 23 sociétés, dont l’ONHYM, opérant, au 31 décembre 2016, dans la recherche des hydrocarbures dans le cadre de divers permis et licences.

Il s’agit, au total, de 29 permis terrestres, 64 permis côtiers, 4 autorisations de reconnaissance à terre, 9 concessions d'exploitation et 2 protocoles d’entente sur les schistes bitumineux.  Une des annonces les plus importantes de l’office est la confirmation de la présence de gaz naturel dans les deux puits du site de Tendrara Lakbir, exploité par l’entreprise britannique Sound Energy. Sans pour autant susciter l’engouement que devrait le faire ce genre d’information.

En effet, entre détecter la présence du gaz naturel et mettre en place un processus d’exploitation rentable se dresse une multitude d’obstacles et un flou qu’on n’arrive pas à faire dissiper jusqu’à présent. En tout cas, les livraisons de gaz naturel ont connu une hausse de 4,3% en 2016, comparé à l’exercice précédent. Cette augmentation a porté le volume ayant transité par le Gazoduc Maroc Europe (GME) à 9,01 milliards normo m3. Par ailleurs, l’ONHYM vient d’annoncer son plan stratégique 2017-2021 au cours cette session de son CA. Un plan qui s’appuiera sur l’activité de l’office au cours de l’année 2016, marquée par les travaux de recherche minière qui ont porté sur 40 «objectifs» situés dans les zones les plus prometteuses du pays.

Recherche minière
L’ONHYM joue un rôle actif dans la recherche minière. En atteste sa part dans les travaux dans ce domaine qui s’élève à 29 sur 40 «objectifs» situés dans ces zones du pays dites prometteuses. Les détails de ces travaux apportent davantage d’éclaircissement non seulement sur la nature de la recherche elle-même, mais aussi sur les métaux dont regorge le sol marocain.

En effet, 11 sur ces 29 travaux ont porté sur les métaux précieux, 8 sur les métaux de base et l’uranium, 2 sur les roches et minéraux industriels et 7 sur la reconnaissance minière. En ce qui concerne les travaux réalisés en collaboration avec les partenaires, ils portent sur 11 «objectifs» dont 4 sont relatifs aux métaux de base, 4 aux métaux précieux et 3 aux roches et minéraux industriels. Outre leur caractère purement scientifique, ces travaux ont surtout permis de confirmer le grand potentiel de certaines prospections, surtout dans l’anti-Atlas oriental et occidental, et de délimiter de nouvelles cibles dans le Moyen-Atlas. Globalement, la recherche a été effectuée en 2016 dans plusieurs régions du territoire (l’Oriental, l’anti-Atlas occidental et central et les provinces du Sud), et a été surtout marquée par la cession des deux gisements à Khemisset et à Boudkek. Des nouveaux contrats qui diversifient davantage le mapping géographique des prospections.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages