A lire aussi

27-03-2017 15:44

Flash hebdomadaire

Image par défaut
Marché Actions Peu convaincus par les résultats annuels des sociétés de la cote, les investisseurs…
Rejoignez nous sur :
Économie

Attijariwafa bank poursuit son plan de développement régional, avec plusieurs acquisitions à son actif. Toutefois, quelques projets faisant partie du plan stratégique de la banque demeurent en attente pour des raisons réglementaires, dont les projets d’acquisition en Égypte et au Rwanda.

Attijariwafa bank (AWB) dévoile les chantiers de son développement stratégique en cours. En effet, lors d’une conférence tenue le 13 mars à Casablanca, la banque cotée a énuméré les projets qui ne sont pas complètement finalisés, dont l’acquisition de Barclays Bank Egypt, projet qui reste tributaire de l’obtention des autorisations réglementaires au Maroc et en Égypte. Pour rappel, Attijariwafa bank a annoncé le 4 octobre dernier l'acquisition de 100% de Barclays Bank Egypt suite à un accord signé avec Barclays Bank PLC au Caire.

Cette opération permettra à AWB d’étoffer son réseau international et de s’implanter dans un marché bancaire ayant des perspectives de croissance importantes. Cette acquisition permettra également à Attijariwafa bank de contribuer à une intégration économique de plus en plus importante entre l’Égypte et les pays de présence du groupe. Elle ouvre aussi la voie au développement d’Attijariwafa bank au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est, a indiqué la banque. Autre projet toujours en cours de réalisation de la banque, le protocole d’accord pour la prise d’une participation majoritaire dans le capital de la Cogebanque au Rwanda.

En effet, il s'agit d'une nouvelle acquisition africaine d’Attijariwafa bank avec le rachat de 76% de la banque rwandaise. Le protocole d’acquisition a été paraphé à Kigali en marge de la visite royale. Il reste à remplir les conditions suspensives, la formalisation contractuelle de la transaction et l’obtention des autorisations réglementaires requises pour ledit projet. «Que ce soit en Égypte ou au Rwanda, la priorité est de terminer l’étude dans les deux cas afin d’obtenir les autorisations réglementaires pour réellement nous assurer de convertir ces opportunités en véritable source de contribution à nos résultats en 2017, mais aussi de s’assurer, une fois ces opérations faites, que leur transformation permettra de capter toutes les synergies en matière de produits, de charges et de coût du risque. Ce sont des projets assez lourds, qui impliquent la mobilisation de nos meilleures ressources», nous a confié Ismail Douiri, directeur général d'Attijariwafa bank. Notons que ces deux acquisitions s’inscrivent dans la poursuite du plan de développement de la banque au niveau régional à travers le plan stratégique «Énergies 2020».

Finance participative, AWB prête
Autre projet important prévu pour l’année en cours, le lancement effectif de l’activité de finance participative. Notons que la banque a préalablement tenté de saisir cette nouvelle industrie financière, avant même que la réglementation ne soit complète et aussi rigoureuse qu’actuellement.

En effet, AWB avait créé la société financière spécialisée en produits participatifs, baptisée Dar Assafaa. À travers l’avènement des nouvelles lois et circulaires encadrant cette nouvelle industrie financière, Dar Assafaa a pu combler les vides réglementaires qui existaient auparavant. «Nous accueillons cette réforme très favorablement, puisqu’elle offre des choix supplémentaires aux clients. Nous sommes prêts à saisir cette nouvelle opportunité car nous avons des ressources déjà formées et un réseau déjà à notre disposition», affirme Ismail Douiri.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages