A lire aussi

26-07-2017 09:25

Politique foncière : La commission permanente prépare sa 1ère réunion

Le chef de gouvernement a indiqué, devant les députés, que la commission interministérielle…
Rejoignez nous sur :
Économie

Comment aider les pouvoirs publics à mieux considérer le potentiel qu'offre la technologie du solaire à concentration (CSP), tel est l'objet du nouveau programme que la Banque mondiale et le Fonds pour les technologies propres (FTP) viennent de lancer dans la région MENA. Il s'agit du KIP (Knowledge and Innovation Program). En début de semaine à Ouarzazate sur le site du plus grand complexe CSP au monde, la symbolique était forte et tangible. La BM ne pouvait choisir meilleur site pour mettre en relief les bienfaits du solaire à concentration pour répondre à la demande croissante en énergie dans la région.

Pour schématiser, une centrale CSP permet de concentrer les rayons du soleil à l'aide de miroirs afin de chauffer un fluide qui permet en général de produire de l'électricité. L'avantage de ce type de centrale, c'est qu'elle permet de stocker ce fluide dans un réservoir prolongeant ainsi le fonctionnement de la centrale plusieurs heures au-delà du coucher du soleil. Ce qui la rend presque aussi efficace que les centrales alimentées par des sources d’énergie fossiles. L'objectif de ce nouveau programme est de favoriser les décisions d’investissements dans le solaire CSP dans la région à plus forte raison qu'elle bénéficie de l’une des meilleures ressources solaires au monde. Car, mis en réseau avec d’autres technologies propres, le solaire CSP offre un potentiel optimal pour atteindre les objectifs globaux et nationaux en termes d’énergie propre, sûre et abordable, estiment les spécialistes. Plus de 100 représentants du secteur de l'énergie venant de 7 pays de la région (outre le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, la Jordanie, la Libye, la Palestine et de la Tunisie) se sont ainsi penchés sur les moyens et les mesures à même de booster l'utilisation de cette technologie. Tout en défrichant le terrain pour mieux appréhender les marchés, la valeur de l'utilisation du CSP et les financements possibles. Car, le passage à l'échelle commerciale constitue toujours un défi. En concevant ce programme, la BM et le FTP voulaient créer une dynamique portée par les pays de la région afin de baliser le chemin à d'autres pays dans différentes régions du monde.

Sans aucun doute, les besoins en financement pour les énergies renouvelables et le solaire en particulier iront crescendo dans un avenir proche. C'est la raison pour laquelle, le Maroc a saisi la balle au bond en initiant une expérience sans précédent dans le monde, à savoir le site Noor de Ouarzazate. Son expertise est inestimable pour les 7 pays qui ont pris part à l'atelier organisé par la BM.   

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages