A lire aussi

21-11-2017 18:09

Les Marocains et la télé : Une confiance aveugle

À l’occasion de la journée mondiale de la télévision, célébrée chaque année le 21 novembre, nous…
Rejoignez nous sur :
Économie

L'objectif du Forum Arab-Africa Trade bridges est d'augmenter le taux de 2,1% que représentent les échanges commerciaux arabo-africains dans le monde. Un programme sur trois ans de 2017 à 2019 vise à promouvoir le financement et les garanties des exportations africaines et arabes dans le monde.

Jeter les ponts entre l'Afrique et les pays arabes, tel est l'objectif du Forum Arab-Africa Trade bridges qui se déroulera sur deux jours à Rabat. L'événement germait depuis plus de deux ans lorsque le Maroc et la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC), membre de la Banque islamique de développement (BID) avaient signé un mémorandum d'entente dans ce sens. Partant du constat que les échanges restent maigres au vu des ambitions nourries et exprimées de part et d'autre, il s'avère aujourd'hui nécessaire de donner un autre élan dans le domaine du partenariat commercial surtout entre les 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). C'est dans cet esprit là que Bandar Mohammed Hamza Al Hajjar, président de la BID, a mis en exergue un programme sur trois ans 2017-2019 qui vise à financer et simplifier les échanges, mettre en place la logistique nécessaire et élever le potentiel des échanges entre pays arabes et l'Afrique. «La BID dispose également d'un programme d'échange d'expertises et d'expériences réussies pour servir d'exemple dans la région», a insisté Hamza Al Hajjar.

Grand potentiel inexploité
Aujourd'hui, outre la BID, plusieurs institutions financières soutiennent le lancement de cette nouvelle initiative, en l'occurrence le Fonds saoudien pour le développement, le Fonds de développement mondial dont le siège est à Viennes, le Fonds koweitien. Ce projet fera l'objet d'un suivi annuel et une commission se chargera de présenter des rapports actualisés sur les réalisations au sommet arabo-africain car du potentiel il y en a, comme l'a affirmé Hani Salem Sonbol, directeur exécutif de l'ITFC.

En effet, selon les statistiques du Centre international du commerce durant la période 2011-2015, les exportations de 17 pays arabes dans le monde ont atteint 1,06 trillion de dollars tandis que ceux de 22 pays subsahariens ont totalisé des exportations de l'ordre de 160 milliards de dollars. Ce qui reflète, selon Salem Sonbol, l'existence d'un grand potentiel qui n'est pas encore suffisamment utilisé. Et le responsable d'ajouter que le lancement aujourd'hui du projet Bridges part du principe qu'il est primordial d'augmenter le flux des échanges entre les pays arabes et africains. Dans ce sens, le financement des exportations et les garanties qui vont avec doivent s'intensifier dans les années à venir. Un maillage doit ainsi voir le jour surtout pour mieux partager les informations sur les potentiels d'échanges commerciaux de chaque pays africain ainsi que les législations commerciales y afférent. Le programme pousse également vers le financement en Afrique de nouvelles plateformes logistiques.

À ce propos, le président de la BID n'a pas hésité de présenter le Maroc comme modèle dans la région en mettant en exergue les partenariats possibles avec la SNTL. Pour sa part, Mamoune Bouhdoud, ministre délégué auprès du ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, chargé des petites entreprises et de l'intégration du secteur informel, a mis en évidence le rôle important que joue le Maroc dans le cadre de l’Organisation de la coopération islamique et ses organes subsidiaires dont notamment la Banque islamique du développement (BID).


Hausse des échanges entre pays de l'OCI

Ce programme est la première initiative rassemblant les plus grandes institutions de financement et de commerce dans les régions arabes et africaines, membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Elle a pour objectif de promouvoir les relations commerciales arabo-africaines à travers différentes actions visant à fédérer les acteurs économiques de la région. Les chiffres montrent, contrairement à ce que l'on peut croire, que le volume du commerce entre les États-membres de l’OCI a enregistré une hausse considérable pendant la période 2005-2015 en passant de 271,45 milliards USD en 2005 à 694,23 milliards USD en 2015, soit une augmentation de 156%. À cet effet, la coordination des efforts des différentes institutions de l’OCI dans le domaine du financement et du développement du commerce, de la garantie du crédit à l’export et de la promotion commerciale a abouti au développement de la part du commerce intra-OCI dans le commerce total des pays membres de 15,5% en 2005 à 20,33% en 2015, soit une augmentation de 31,5%.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages