A lire aussi

23-05-2018 14:36

Bourse de Casablanca : Des résultats 2017 mi-figue mi-raisin

L’année euphorique 2016 est définitivement tournée. La Bourse de Casablanca retrouve à nouveau son…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour des financements responsables
Économie
Roberto Azevêdo, directeur général de l'OMC./DR

 

En visite de travail au Sénégal, le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Roberto Azevêdo, a animé hier une conférence sous le thème : «L’Afrique dans le système commercial multilatéral : défis et perspectives». Roberto Azevêdo a ainsi parlé de la nécessité d’une coopération mondiale dans le domaine du commerce.

L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) a accueilli le directeur général de l’OMC pour une conférence publique jeudi. Roberto Azevêdo s’est prononcé sur les accords signés lors de la 10e conférence ministérielle de Nairobi, notamment sur l’agriculture et la suppression des subventions à l’exportation. Azevêdo a ainsi rappelé les énormes défis qui attendent l’Afrique, dont le Maroc qui a été choisi comme coordonnateur pour l’OMC. Pour lui, «il urge de promouvoir une coopération mondiale dans le domaine du commerce articulée autour de mesures pour améliorer le commerce au niveau régional».

Suppression des subventions à l'export...

Roberto Azevêdo croit dur comme fer que les «États doivent coopérer en matière de commerce à tous les niveaux. Des sujets comme les subventions à la pêche ne peuvent être traités de manière efficace qu’au plan multilatéral de l’OMC». S’exprimant sur la suppression de la subvention à l’exportation des produits agricoles, Azevêdo a estimé que «cette mesure va rétablir des conditions plus équitables sur le marché agricole au profit des pays en développement».

Pour ce qui est de la sécurité alimentaire, le directeur général de l’OMC a soutenu «la mise en place d’un mécanisme de sauvegarde spécial pour faire face aux poussées des importations des produits alimentaires qui peuvent porter préjudice à la production vivrière nationale». «Nous avons aussi décidé de limiter les effets de distorsion du commerce similaire liés aux crédits à l’exportation des entreprises commerciales d’État et aux programmes d’aides alimentaires», a-t-il poursuivi.

Le professeur Ahmadou Aly Mbaye, titulaire de la chaire OMC à l’UCAD, a préconisé, pour sa part, une diversification des sources d’approvisionnement et une baisse des coûts des facteurs de production.

GCAM Monde rural

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages