A lire aussi

21-09-2017 15:45

Couche d’ozone : Le Maroc a célébré la journée du 14 septembre

La Journée internationale de la protection de la couche d’ozone, célébrée le 16 septembre de chaque…
Rejoignez nous sur :
Décryptages / Focus

Notice: Undefined offset: 65 in /home/lesechos/public_html/libraries/joomla/access/access.php on line 606

Notice: Trying to get property of non-object in /home/lesechos/public_html/libraries/joomla/access/access.php on line 606

Notice: Undefined offset: 65 in /home/lesechos/public_html/libraries/joomla/access/access.php on line 611

Notice: Trying to get property of non-object in /home/lesechos/public_html/libraries/joomla/access/access.php on line 611

La commission a procédé à la constitution de binômes de travail. Les parlementaires se pencheront sur quatre thématiques identifiées par la commission.

Moins de cinq mois après sa 8e réunion bilan sur le partenariat Maroc-UE tenue à Rabat, la Commission parlementaire mixte Maroc-Union européenne (CPM) est de nouveau à la tâche. Les parlementaires ont procédé, jeudi dernier, au siège du Parlement européen à Bruxelles, à la constitution de quatre binômes de travail marocains et européens. Mission, préparer le prochain agenda de la coopération bilatérale. Ces binômes se pencheront respectivement sur quatre thématiques identifiées par la commission, à savoir «les relations politiques», «les échanges économiques et commerciaux», «les droits de l'homme, de la femme et des jeunes, et les problèmes de la société, y compris la migration» et «la sécurité et la lutte contre le terrorisme, ainsi que la situation géopolitique et régionale».

Les binômes devront préparer d’ici mars prochain un document conjoint à soumettre aux Exécutifs marocain et européen, a indiqué Abderrahim Atmoun, coprésident de la commission du côté marocain, précisant que leurs recommandations seront présentées lors de la 9e réunion de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE (CPM) qui se tiendra en juin prochain à Bruxelles. Atmoun, qui n’a pas manqué de rappeler la réussite de la coopération Maroc-UE telle que constatée lors de la 8e réunion, en particulier dans les quatre domaines identifiés, a exprimé son souhait de voir ce partenariat continuer dans l’intérêt des deux parties. Le coprésident de la commission mixte, qui, lui-même, fait partie du binôme travaillant sur «la sécurité et lutte contre le terrorisme et la situation géopolitique et régionale», a notamment mis l’accent sur l’importance de ce sujet pour les relations maroco-européennes, assurant que le travail sur cet axe a déjà commencé. Son binôme du côté européen, Pier Antonio Panzeri, a lui aussi souligné la pertinence de la thématique relevant que l’insécurité et le terrorisme sont «sources de préoccupation des deux côtés de la Méditerranée». Tout en mettant en avant le rôle important du Maroc, notamment au niveau de l’Union africaine (UA) pour relever ces défis, Panzeri a plaidé pour une approche de prévention et non seulement de sécurité dans le cadre d’un processus tripartite : UE-Maroc-UA. De son côté, l’eurodéputé Gilles Pargneaux qui travaillera sur l’aspect politique des relations bilatérales a évoqué trois pistes de réflexion pour son binôme.

Outre la discussion de l’accord d’association UE-Maroc, il a cité le domaine de la régionalisation pour l’échange de bonnes pratiques et la question religieuse qui revêt une «importance majeure», alors que le vivre-ensemble est au cœur des relations bilatérales d’autant plus que le Maroc promeut «un Islam modéré qui donne une image positive de l’Islam et dispose d’une expérience mondialement reconnue en matière de formation des imams». Abondant dans le même sens, la coprésidente de la CPM, Ines Ayala Sander, a salué l’expérience de l’Institut Mohammed VI de formation des imams, morchidines et morchidates, qui pourrait inspirer, par exemple, le débat en cours en Belgique sur la formation des imams pour lutter contre la radicalisation. «Au Maroc, il y a une approche intelligente, celle d’attaquer le problème à la racine», a souligné Sander pour qui «il faut attacher une attention aux attentes des communautés migrantes en Europe». Abordant la question des migrants, la parlementaire européenne a insisté sur l’impératif de réfléchir sur les moyens d’améliorer la situation de ces derniers sur les plans social, économique et politique, et de trouver une solution dans le cadre de la coopération. Commentant le choix des thématiques retenues, Sander a aussi mis l’accent sur un grand sujet transversal : l’intégration régionale.

Elle a soulevé à cet égard le rôle du Maroc dans le cadre de l’Union Africaine, notant que le royaume est un partenaire important dans la région, notamment sur le plan économique. Intervenant également lors de cette réunion, d’autres membres de la délégation marocaine, constituée également de Fouad Kadiri, vice-président de la commission mixte, Chaoui Belassal, Lahcen Sekkouri, Mohamed Mokanif et Ibtissam Azzaoui, ont rappelé que le Maroc est arrimé résolument à l’Europe tout comme il a fait le choix irréversible de la démocratie et de la protection des droits et des libertés. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages