A lire aussi

19-09-2017 15:32

Création d’entreprises au Sénégal : Mode d’emploi

Dans l’objectif de simplifier les procédures de création d’entreprises au Sénégal, le gouvernement…
Rejoignez nous sur :
Décryptages / Évènements

Dans son discours adressé à la Nation à l’occasion du 64e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple, le souverain a réaffirmé la ferme volonté du Maroc à réussir sa réintégration au sein de l’UA et à bloquer toutes les tentatives destinées à brouiller la base des négociations au Sahara.

Après avoir analysé le climat de la politique interne dans son discours du 29 juillet dernier, c’est la diplomatie marocaine dans ses deux sphères africaine et onusienne qui a été au centre du discours adressé par le souverain à l’occasion du 64e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple. L’impact du retour du Maroc à l’UA se fait toujours sentir au sein du continent, avec un rappel royal de l’historique de la forte implication du Maroc dans la résolution des conflits dans le continent et la participation à son décollage économique. «Placée sous le signe de la fermeté et de la rigueur, 2016 a été aussi l’année de l’acte joint à la parole au vu de la manière dont ont été contrées les manœuvres engagées pour porter atteinte à nos droits. Pour 2017, c’est l’année de la clarté par excellence et du retour aux principes et aux termes référentiels retenus pour le règlement de ce conflit artificiel suscité autour de la marocanité du Sahara», a indiqué le roi pour résumer le sentiment général qui prévaut à l’issue de ces deux années marquées par une intense activité diplomatique de la part du souverain.

En effet, en l’espace de 8 mois, des rencontres de haut niveau ont été menées au sein de 14 pays africains, avant d’être couronnées par le retour du Maroc au sein de la famille africaine en janvier dernier. Actuellement, et après avoir savouré les retrouvailles avec les frères africains, l’orientation royale tend vers une nouvelle génération de mesures diplomatiques, qui versent cette fois directement dans le nerf du développement qui n’est autre que l’économie. Les accords impressionnants à la fois par leur dimension et le temps record de leur signature confortent la position marocaine vis-à-vis de ses partenaires. «Le Maroc n’a jamais cherché à faire valoir l’argent comme monnaie de change dans ses rapports avec ses frères africains. Il a plutôt fait le choix de mettre son savoir-faire et son expérience à leur disposition, car Nous sommes persuadé que la vraie source de profit pour les peuples n’est pas l’argent précaire, mais l’essence impérissable de la connaissance. Et ces pays le savent bien. Voilà pourquoi ils sollicitent la coopération du Maroc et son soutien pour appuyer leurs efforts dans de nombreux domaines, et non l’inverse», a insisté le roi. Les mégaprojets, dont le coup d’envoi a été donné durant cette année 2017 et surtout l’accord de principe qui a été obtenu pour l’intégration de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ont été interprétés comme des signaux forts émanant de l’instance africaine à réussir ce nouvel élan donné aux relations avec le Maroc.

La feuille de route pour l’avenir s’inscrit sur le long terme dans une optique qui vise à boucler les chantiers stratégiques tracés avec une dizaine de pays africains dans les délais. L’autre tendance qui se dégage de l’action diplomatique est la non-instrumentalisation du retour à l’UA au profit des seuls intérêts du Maroc. «C’est un franc succès pour notre orientation africaine, surtout au regard des obstacles que certains ont tenté de dresser sur notre chemin. C’est aussi une reconnaissance solennelle de la crédibilité dont le Maroc jouit auprès de nos frères africains, et une preuve éloquente de la place privilégiée qu’ils lui réservent dans leurs cœurs», a précisé le roi pour mettre en valeur le grand succès de la démarche du Maroc, basée sur la conviction des pays africains.

Sahara, le processus recadré
La seconde partie du discours royal a apporté des éclaircissements sur la nature de la phase actuelle des pourparlers autour du plan d’autonomie. Encore une fois, la diplomatie marocaine a marqué des points précieux, après avoir réussi à barrer la route à plusieurs tentatives visant à faire entrer la région dans le chaos. Le principal indicateur retenu par le souverain qui dénote le retour du train des négociations au cadre initial tracé par l’ONU est le rapport d’avril dernier. «Outre le respect des références encadrant le processus de règlement engagé et l’appréciation positive de l’initiative d’autonomie marocaine perçue comme un cadre de négociation valable, l’accent a été mis sur l’établissement des responsabilités juridiques et politiques qui incombent à la partie véritablement impliquée dans ce conflit régional», a indiqué le roi pour soulever l’action limitée des séparatistes en matière de respect du cadre des négociations. La mobilisation de la diplomatie marocaine a permis également de rallier plusieurs États au point de vue du Maroc, ce qui marque la forte hésitation dans l’attitude d’une multitude d’États qui ont par le passé épousé l’option du Polisario.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages