A lire aussi

18-06-2018 08:20

Le candidat kurde à la présidentielle attaque Erdogan à la TV d'Etat

Candidat à l'élection présidentielle turque dans une semaine, le leader du parti prokurde…
Rejoignez nous sur :
Décryptages / Évènements

La visite royale au Ghana, première étape de sa tournée africaine, s’est soldée par la signature de 25 accords bilatéraux, visant à donner un nouveau souffle aux relations économiques et commerciales entre les deux pays.

La première étape de la tournée royale a été fructueuse. Pas moins de 25 accords gouvernementaux, touchant plusieurs domaines de coopération entre les deux pays, ont été signés, vendredi dernier à Acra, sous la présidence du roi Mohammed VI et du président de la République du Ghana, Nana Akufo-Addo. Les deux parties sont déterminées à donner un nouveau souffle à la coopération économique bilatérale. «Les conventions signées entre les deux pays à l’occasion de cette visite sont multiples et diversifiées et contribueront, sans nul doute, à diversifier les champs de partenariat et à mettre en place les mécanismes de logistique et de financement nécessaires pour leur mise en œuvre», a noté Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la coopération. Son homologue ghanéen a abondé dans le même sens : «La visite officielle du roi Mohammed VI constitue un tournant important dans les relations unissant les deux pays», a souligné Shirley Ayorkor Botchwey.

Coup d’accélérateur
Pour la concrétisation de cette volonté, les accords ont touché plusieurs domaines. Il s’agit ainsi d’un mémorandum d'entente pour l'ouverture de négociations en vue d'un accord sur la promotion et la protection réciproques des investissements ; d’une convention de non-double imposition et de prévention de l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu ; d’un accord portant offre intégrée de soutien aux petits agriculteurs, signé par le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime ; d’un Protocole de coopération industrielle, signé par le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique ; et d’un mémorandum d’entente entre l’Institut marocain de normalisation (IMANOR) et l’Autorité ghanéenne de normalisation (GSA). Une série d’accords a également concerné les accords de partenariat public-privé. Il s’agit ainsi d’un mémorandum d’entente pour la mise en place d’un conseil d’affaires maroco-ghanéen.

Le volet du financement a été au cœur du débat et les banques marocaines ont signé plusieurs accords dans ce sens. On peut citer le mémorandum d’entente sur l’accompagnement des entreprises membres de la Chambre nationale du commerce et de l’industrie du Ghana, en termes de financement, d’accompagnement à l’international et d’aide à la création de partenariats stratégiques, signé par le président de Bank Of Africa, Othman Benjelloun, et le président de la Chambre nationale du commerce et de l’industrie du Ghana. Un autre mémorandum d’entente relatif au financement des besoins d’investissement et de trésorerie des entreprises ghanéennes membres de l’Association of Ghana Industries, ainsi que leur accompagnement dans leur processus de développement à l’international à travers le réseau de la banque en Afrique et en Europe, a été signé par le président de Bank Of Africa et le président de l’Association des Industries de Ghana. À cela s’ajoute la mise à disposition d’une ligne de financement par Bank Of Africa au profit d’Electricity Company of Ghana, de 10 millions de dollars pour développer les capacités techniques en vue d’améliorer le taux d’électrification au Ghana.

Au-delà du financement, les accords ont touché d’autres secteurs d’activité. Citons, à ce titre, l’accord de coopération technique en matière d’assurance et de réassurance ; le mémorandum d'accord entre Attijariwafa bank et GCB BANK Ltd et le mémorandum d’entente, relatif à la mise en place d’une coopération générale, support des opérations de commerce extérieur et «Risk sharing» entre le Maroc, le Ghana et les différents pays d’implantation du Groupe Banque centrale populaire. S’y ajoutent le mémorandum d’entente portant sur le financement de la petite agriculture, ainsi que ceux portant sur le développement de projets d’énergies renouvelables au Ghana et la coopération Scientifique et technique entre l’ONHYM et la Commission minérale du Ghana.  


Fonds souverains

L’un des accords les plus stratégiques, signés entre le Maroc et le Ghana, a été l’œuvre des fonds souverains des deux pays : ITHMAR Capital et le Ghana Infrastructure Investment Fund. Les deux parties ont signé un «Strategic Partnership Agreement» (SPA) et un «Memorandum of Uderstanding» (MoU). Dans le cadre du SPA, les deux fonds s’engagent ainsi à explorer des opportunités de co-investissement dans des secteurs stratégiques au Ghana, au Maroc et dans d'autres pays africains. Le SPA engage également les deux institutions à partager leurs connaissances et expertises dans les secteurs économiques stratégiques, à utiliser et à exploiter les ressources existantes, à collaborer dans la recherche et la propagation des meilleures pratiques et à fournir des orientations pour renforcer la capacité des deux pays dans la gestion de leurs ressources. Le MoU, quant à lui, prévoit la participation active de la République du Ghana au Green Growth Infrastructure Facility for Africa (GGIF), une initiative visant à catalyser la transition de l'Afrique vers une économie verte, lancée lors de la COP22, qui s’est tenue en novembre 2016 à Marrakech. La mission de GGIF for Africa est d'attirer les investisseurs privés intéressés par l'Afrique et de rechercher des opportunités d'investissement responsables, durables et écologiques.

GCAM Monde rural

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages