A lire aussi

12-11-2018 15:19

Casablanca : Premier Forum des clubs et associations des étudiants de l'UHIIC

L’Université Hassan II de Casablanca (UHIIC) organise, lundi prochain, la première édition du…
Rejoignez nous sur :
Culture

La 4e édition de la célèbre Nuit électronique se tiendra les 12 et 13 juillet à Rabat et Casablanca. Concept proposé par l’Institut français du Maroc, l’évènement met en avant les scènes électroniques marocaine et française. Zoom.

Du bon son électro à découvrir dans des lieux toujours originaux et emblématiques, le tout servi par des DJs de renom, c’est ce que propose depuis 4 ans l’Institut français du Maroc avec la Nuit électronique. Depuis 2015, l’évènement dédié à la scène électronique met en lumière des artistes marocains et français tout en rendant accessible cette musique longtemps considérée comme une musique de niche. Cette année, la Nuit électronique revient le 12 juillet au Cinéma renaissance à Rabat et le 13 juillet au stade Mohammed V à Casablanca. «Une nouvelle occasion pour les passionnés et les amateurs de se réunir autour des platines au rythme de sons pointus et de partager la piste de danse», précise l’équipe de l’Institut français du Maroc.

L’occasion de découvrir des talents comme Thylacine qui jouera pour la première fois au Maroc. Un jeune artiste qui se révèle en live tellement ses sets sont habités par une passion hors norme. Thylacine, c’est le nom savant du loup de Tasmanie, une espèce éteinte depuis 70 ans. Un mot précieux et délaissé que William Rezé a choisi d’apprivoiser pour donner corps à sa musique.. À mi-chemin entre la mélancolie des morceaux de Paul Kalkbrenner et la légèreté de Four Tet, ses premières compositions où il s’entoure de la chanteuse Camille Després, imposent son style. Il y apporte par la suite une touche plus exotique et trouve l’accord parfait avec son troisième EP composé d’une bonne vingtaine de titres. Dès 2013, il parcourt les routes de France et du monde et devient la tête d’affiche de nombreux grands festivals français et fait son premier passage au Maroc les 12 et 13 juillet. Cette nuit électronique est l’occasion de découvrir ou redécouvrir Rayane Kara et Youness Atbane qui livreront une performance sonore et visuelle tout juste sortie de leur résidence électronique, un nouveau programme lancé par l’Institut français du Maroc. «La Résidence électronique donne carte blanche aux artistes pour développer un projet commun, confronter leurs pratiques artistiques et leurs perceptions du territoire in situ, dans une ville du Maroc. Ils envisageront leur environnement à travers une création artistique mêlant musique, arts visuels, arts numériques et installations. Cette résidence accueille cette année un duo franco-marocain et permet ainsi l’échange et la combinaison de savoir-faire et de perceptions. La mise en place de ce programme agit au service de la création contemporaine et de la coopération culturelle France-Maroc». Rayane Kara partage sa vie entre le Maroc et la France. Autant influencé par le son des années 80 que par l’underground contemporain, il navigue entre tous les genres ; en résulte un son mélancolique à la sensibilité pop. Quant à Younes Atbane, il vit actuellement entre Casablanca et Berlin. Diplômé en art et muséologie, il poursuit sa formation en arts graphiques et design à Casablanca. Younes Atbane est un artiste pluridisciplinaire qui utilise son environnement et ses expériences quotidiennes comme point de départ de son travail. Afin de s’adapter aux villes et aux endroits, la Nuit électronique de Rabat propose l’étoile de la musique arabe contemporaine «Glitter» aux sons électro-chaâbi. Originaire de l’Atlas, son voyage l'a emmenée du quartier Océan de Rabat au nord de la France. Elle vit aujourd’hui à Paris où elle continue à peaufiner ses sons et à cultiver un goût pour les sélections affûtées et brillantes offrant un voyage entre musiques traditionnelles du monde arabe et techno

. Pour Casablanca, c’est l’artiste montante de la scène alternative marocaine Yasmean qui se propose d’offrir un set énergique. C’est très jeune que Yasmean développe une sensibilité à la musique en écoutant la collection de cassettes de sa mère, allant du jazz à la musique électronique, de Miles Davis à Aphex Twin. Son rapport à la musique se matérialise à travers des liens émotionnels qui constituent au fur et à mesure un véritable critère de choix dans ses sélections. Un voyage électronique à ne pas rater !

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages