A lire aussi

21-03-2017 17:36

Formation du gouvernement : Le PAM rempile dans l’opposition, le MP collaboratif

Le secrétaire général du Mouvement populaire (MP), Mohand Laenser, arrive au QG du PJD, accompagné…
Rejoignez nous sur :
Culture

L’artiste marrakechi expose à partir du 23 mars à Dar El Kitab à Casablanca. Une exposititon intitulée «Edited Space...Edited Life...», une ode au métissage.

Nourri par ses voyages et le contact avec la nature, Ghany livre une œuvre chargée de vibrations et d’émotions, qui traite de l’intime dans l’infini. Avec «Edited Space...Edited Life...» qu’il expose à Dar El Kitab le 23 mars prochain, l’artiste né à Marrakech en 1949 ne déroge pas à la règle.

Le travail de l’artiste se concentre avant tout sur la couleur à laquelle il attribue un pouvoir imaginal et des significations consonantiques favorables à l’éclosion de ses motifs figuraux. Une abstraction à la planéité conventionnelle essentielle. Les effets de lumière en demeurent les régulateurs sensibles ; ils en renforcent la réception perceptive par un travail méticuleux sur le fond comme sur les bords, allégeant ici, épurant là, approfondissant les zones actives et toujours manipulant l’esprit de la matière au point de le rendre plus expressif que jamais. «Une abstraction qui finit par devenir pur espace mental, débordant le cadre, une sorte de no man’s land chromatique, élargi à la sphère d’un moi cosmique», explique Abderrahman Benhamza sur l’oeuvre de l’artiste qui depuis l’âge de 11 ans suit des cours de dessin sous la direction du peintre allemand Hans Holbein au Lycée Ibn Abbad pendant quatre ans.

À l’âge de 19 ans, en 1969, Ghany s’impose parmi les artistes de la ville et organise une exposition en plein air pour l’association des jeunes peintres de Marrakech, au boulevard Mohammed V. Geste osé à l’époque, cette manifestation déclencha chez Ghany le besoin de communiquer de plus en plus avec un public non initié et de créer une œuvre tournée vers l’art sociologique intégré...Ghany est préoccupé par sa démarche artistique mais aussi par la situation de ses confrères, qui constituent à cette époque la génération montante de l’art moderne et contemporain au Maroc. En 1975, il rencontre et se lie d’amitié avec Bill Wyman, légende vivante du groupe des Rolling Stones, chez qui il sera invité à Saint Paul de Vence. Il y rencontre des artistes de renom tels qu’André Verdet, Lorna Luft, Arman, James Baldwin, César. Ghany partage aujourd’hui sa vie entre le Maroc, la France et les États-Unis. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages