En 1998, parmi les 23 joueurs qui composaient la sélection marocaine qualifiée en Coupe du monde, 16 étaient initialement formés dans des clubs marocains. Seuls 7 d’entre eux provenaient de la diaspora marocaine, essentiellement d’Europe. 

Les deux décennies qui ont suivi ont marqué une inversion des tendances, réduisant considérablement la représentativité du football local dans l’équipe nationale. 

Une recherche menée par la société d’études de marché marocaine Episteme, a mis en évidence que la sélection marocaine était de loin la moins représentative de son football national, avec 17% de joueurs uniquement initiés et formés localement : Parmi les 23 joueurs sélectionnés par Hervé Renard pour disputer la Coupe d’Afrique, seuls 4 joueurs sont issus de clubs ou académies nationales. Le reste des joueurs est essentiellement formé aux Pays-Bas ou en France.

Pour l’Égypte, en revanche, l'intégralité de l’effectif a été formée dans le pays. En effet, le football égyptien a un taux de représentativité de 100% dans la sélection des Pharaons, tous leurs joueurs ont été formés localement avant de rejoindre des clubs internationaux pour certains d’entre eux.

C’est d’ailleurs la tendance globale du football africain : 65% des joueurs participants à la CAN sont des produits du football africain, révèle l’étude. Le Maroc, la Guinée, l’Algérie ou encore le Sénégal font partie des rares équipes à échapper à cette tendance, ‘’important’’ ainsi la plus grande partie de leur effectif.

Le Flash Sport

0
Partages
0
Partages