Imprimer
Affichages : 8306

Le CIH était le plus important établissement public sur la liste des privatisations jusqu’à la dernière heure. Il y eu deux points de vue au niveau du gouvernement. Celui prônant une logique arithmétique croyant fort que cette opération permettrait au budget de souffler. Un autre avis réticent et plaidant pour une approche qui défend la sauvegarde, dans le giron public, d’un établissement dont la santé financière se porte de mieux en mieux et dont les perspectives d’avenir sont très prometteuses. C’est justement cette thèse qui l’a emporté dans le cercle fermé des décideurs.