A lire aussi

18-06-2018 15:00

Flash hebdomadaire

Image par défaut
Marché ActionsL’absence de nouveaux catalyseurs à même de redynamiser le marché boursier pèse…
Rejoignez nous sur :
Business
Issam Maghnouj, Responsable du marché de la TPE au sein d'Attijariwafa Bank

Attijariwafa bank organise, du 8 mai au 8 juin, la 1re édition des Trophées «Ana Maâk» dédiés aux Très petites entreprises (TPE). La candidature est ouverte à toutes les TPE du Royaume, qu'elles soient ou non clientes du groupe. Les candidats sont appelés à s'inscrire sur la plateforme d’accompagnement daralmoukawil.com. Les explications d'Issam Maghnouj, responsable du marché de la TPE au sein d'Attijariwafa Bank.

Les Inspirations ÉCO : Qu'est-ce qu'une TPE ?
Issam Maghnouj : La définition communément admise de la Très petite entreprise (TPE) désigne généralement les structures qui justifient d’un chiffre d’affaires inférieur à 10 MDH. C’est d’ailleurs la nomenclature intégrée par un certain nombre de programmes de soutien lorsqu’ils adressent cette frange du tissu économique. J’ajouterai que la TPE marocaine est plurielle et qu’elle opère dans l’ensemble des secteurs et branches d’activité sans exception. En termes de statut, nous distinguons les TPE érigées en personnes morales, à savoir des structures d’entreprises organisées, mais un nombre très important de petites entreprises œuvrent en qualité de personnes physiques sans oublier le lancement récent du statut de l’auto-entrepreneur qui, à mon sens, est d’ores et déjà un levier formidable pour intégrer dans le formel un maximum de structures économiques qui opèrent en dehors du cadre. Ceci étant, le groupe Attijariwafa Bank, dont la vocation est universelle, adresse l’ensemble des composantes et des facettes des TPE avec des dispositifs spécifiques.

Quelle place occupent les TPE sur l'échiquier économique ?
Les petites entreprises sont le véritable fondement de notre tissu économique puisqu’elles en constituent la part la plus importante, avec plus de 90% des entreprises répertoriées et près de la moitié de l’emploi. Les petites entreprises sont également, à mon sens, le ciment de la cohésion sociale puisque ce sont elles qui transmettent de génération en génération le savoir-faire et la richesse de notre pays. Et là je fais référence notamment à l’artisanat, à l’agriculture et à l’ensemble des métiers qui mettent en exergue nos techniques ancestrales. Par ailleurs, les TPE jouent un rôle éminemment important dans le combat que notre pays mène contre le chômage et donc créer son entreprise et son propre emploi devient aujourd’hui une voie prioritaire que peuvent emprunter nos jeunes pour assurer leur avenir. C’est pourquoi, l’État marocain déploie depuis de nombreuses années aux côtés de l’ensemble des partenaires et en particulier les banques un certain nombre de programmes et de mécanismes pour promouvoir et soutenir les TPE.

Pourriez-vous présenter les Trophées Ana Mâak d’Attijariwafa Bank ?
Le lancement de cette compétition, qui a été annoncé le 8 mai dernier et prend fin le 8 juin, se déroulera en trois phases. La première consiste en un appel à candidature national qui, nous l’espérons, drainera des milliers d’inscriptions à ce concours. Nous espérons que le maximum de Marocains saisiront leur chance et s’inscriront au niveau de la plateforme d’accompagnement daralmoukawil.com. Ensuite, nous démarrerons une caravane qui va sillonner 11 villes et régions à travers le royaume pour aller à la rencontre des TPE et porteurs de projets sélectionnés. Ces derniers seront invités à présenter leurs projets devant un jury constitué d’acteurs locaux représentatifs du monde entrepreneurial. Enfin, en septembre 2018, le groupe Attijariwafa Bank organisera une cérémonie de remise des trophées en présence d’un parterre de personnalités et d’acteurs pragmatiques de l’accompagnement des TPE sur le terrain, après avoir procédé à la sélection finale des lauréats. Le jury final sera constitué de personnalités de renom dans le domaine entrepreneurial. Pour finir, j’ajouterai que ces trophées concernent 4 catégories sur lesquelles des TPE vont concourir, à savoir la «créations d’entreprise», «l’innovation», «l’export» et «l’entrepreneuriat durable».

Quels sont les critères d'éligibilité ?
Ce concours est ouvert à l’ensemble des Marocaines et Marocains à travers le royaume avec comme seuls critères d’être une entreprise de droit marocain, d’avoir une existence de plus de deux années, hormis les compétiteurs dans la rubrique «création» et de justifier d’un chiffre d’affaires inférieur à 10 MDH.

Quid des récompenses ?
Les TPE et porteurs de projets qui remporteront ce concours représenteront, sans doute, tout le talent que nous voulons mettre en avant à travers «les trophées Ana Mâak» et deviendront les véritables porte-drapeaux de l’écosystème entrepreneurial. Toutefois, tout concours suppose récompense et en la matière les lauréats de ce concours seront particulièrement choyés. Tout d’abord un don financier de 75.000 DH leur sera attribué pour leur donner un premier coup de pouce. Ils seront également accompagné pendant près d’un an par un mentor qui les aidera à passer les caps importants et par un coach qui les aidera à déployer de manière structurée leur projet. Ils bénéficieront aussi d’un référencement auprès des services achats du groupe Attijariwafa Bank pour leur donner l’opportunité de soumissionner aux marchés initiés par le groupe. Enfin, un compte bancaire gratuit leur sera ouvert auprès des guichets d’Attijariwafa Bank.

 

GCAM Engagés pour une citoyenneté accomplie

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages