A lire aussi

23-05-2018 12:14

Max Cohen Olivar : Disparition d’un géant

Il était souriant, humble et inoxydable à tel point qu'on le croyait éternel. Max Cohen Olivar a…
Rejoignez nous sur :
Business

Pendant trois ans, un accord avec le ministère des Habous établissant une liste unique d’enregistrement des pèlerins leur a permis de passer d’un quota de 4.200 contrats Hajj à 17.000. Le retour à deux listes ne leur a octroyé, cette année, que 6.400 contrats suite à l’application de la proportionnelle. Ce chiffre est tout de même passé à 10.400 après négociations.

Le torchon brûle au sein de la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM), entre ceux qui souhaitent le maintien de la liste unique pour le pélerinage (Hajj) et ceux qui ne sont pas contre le retour aux deux listes: une pour le ministère des Habous et des affaires islamiques, et une seconde pour les voyagistes. C’était en tout cas la règle avant le passage à la liste unique il y a trois ans, suite à une revendication des voyagistes. Pour simplifier, la liste unique mettait le ministère et les agences de voyage sur un même pied d’égalité pour se partager, en respect des règles de la libre concurrence, le gâteau du Hajj. Combiné à cet acquis, la libéralisation des tarifs a fini par booster les agences qui, en l’espace de 3 ans, sont passées de 4.200 contrats pour le Hajj à 17.000, un record. Cette manne a permis à la profession de se requinquer avec un programme de labellisation des agences spécialisées dans le pèlerinage et l’amélioration de leur capacité financière et technique pour encadrer les pèlerins comme il se doit.

Selon plusieurs agences, leurs prix sont 5.000 DH moins chers que ceux du ministère, avec cependant de meilleures prestations. Mais pourquoi le département de tutelle a-t-il donc décrété le retour aux deux listes ? Contacté par Les Inspirations ÉCO, Mohamed Amal Karioun, président de la FNAVM, a expliqué que la mise en place de la liste unique faisait l’objet d’un accord mutuel portant sur un essai de trois ans. Durant cette période, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts avec notamment une baisse de 20% des quotas octroyés par l’Arabie saoudite suite aux travaux dans les lieux saints principalement. Le Maroc devait alors se contenter de 32.000 places pour ses pèlerins.

Par ailleurs, selon les explications de Karioun, le Maroc mettait de plus en plus de retard à communiquer ses chiffres aux Saoudiens qui n’hésitaient pas à revenir à la charge pour exiger plus de visibilité. Après évaluation de la situation par les Habous et le ministère de l’Intérieur, il a été décidé de revenir à la liste unique. Et lors d’une réunion en 2017 avec les agences de voyage, proposition leur a été faite d’avoir 13.000 places sur les 32.000 avec promesse d’augmenter ce quota au fil des années. C’était sans compter sur les agences qui s’accrochaient mordicus à ce qu’ils ont qualifié d’acquis inaliénable. Ils ne voulaient pas se départir des 17.000 (sinon plus) contrats Hajj qu’ils réalisent aujourd’hui après un vrai travail de marketing et des prestations améliorées. Ce niet a poussé le département des Habous à appliquer la proportionnelle sur la base des deux listes, ce qui n’a laissé en fin de compte que 6.400 places pour les agences. C’est alors que la fédération a pesé de tout son poids pour négocier une augmentation de ce quota à 10.400 places pour cette année 2018. Pour Karioun, le retour à la liste unique reste une décision souveraine de l’État. Les agences, qui ont profité de cette période de faste, se voient aujourd’hui obligées de s’adapter au lieu de revendiquer un acquis qui n’aura été qu’éphémère.   


46.551 DH : le budget minimal à prévoir

Sous la présidence d’Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques, la commission royale chargée du pèlerinage a décidé que le paiement des frais se fera en un seul versement et aura lieu du 5 au 16 février 2018, tant pour le circuit officiel que pour les agences de voyage. La commission a également fixé le montant des frais de l’opération officielle du pèlerinage à 46.551 DH, «argent de poche» non inclus pour le circuit du ministère. Et de noter que le paiement sera effectué auprès des bureaux d’Al Barid Bank dans les différentes préfectures et provinces du royaume. Concernant les inscriptions au titre du pèlerinage de la saison 1440 de l’Hégire, la Commission royale a arrêté la période allant du 9 au 20 avril prochains. Les candidats ayant déjà accompli le pèlerinage ces dix dernières années en seront exclus.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages