A lire aussi

22-05-2018 13:59

«La photographie marocaine est encore marginalisée»

Les Rencontres photographiques reviennent à Rabat pour une troisième édition musclée. Initiées par…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour une Afrique solidaire
Business

De nouveaux contrats ont été signés par les filiales du Groupe AXA en Afrique de l’Ouest. AXA Sénégal vient de remporter un contrat pour assurer, à 60% en dommages, l’aéroport international Blaise Diagne. Au Cameroun, le groupe a remporté les contrats d’assurance liés à la construction du nouveau stade Paul Biya.

Deux ans après avoir regroupé son hub Afrique sous la coupole d’AXA Assurance Maroc, les filiales africaines du groupe AXA semblent tirer leur épingle du jeu dans les pays de l’Afrique de l’Ouest. Au pays de la Téranga, AXA Sénégal, forte de 14,6% de parts de marché, vient de remporter un contrat pour assurer, à partir du mois de décembre 2017, l’ensemble de l’a aéroport international Blaise Diagne à 60% en dommages. Un marché qualifié par le groupe comme étant l’un des plus importants marchés des assurances en Afrique subsaharienne. Avec le marché du chantier du Train Express Régional du Dakar International, lancé en 2017 et apérité à 100%, AXA Sénégal table sur une croissance à 2 chiffres. Au Cameroun, le groupe a remporté les contrats d’assurance liés à la construction du nouveau stade Paul Biya pour la CAN 2019. Grâce à ce contrat, AXA Cameroun consolide sa position de leader du marché à laquelle il a accédé en 2015 avec 16% de parts de marché. Que le groupe soit retenu pour des grands contrats de la SNH (Société Nationale des Hydrocarbures) et celui de la flotte de la CAMAIR (la compagnie aérienne nationale), cela ne fait que renforcer son positionnement. Par ailleurs, si AXA Gabon a pu occuper, à partir de 2016, la deuxième position dans le marché, avec 16,5% de parts, une performance qualifiée par le groupe de bonne dans un contexte local économique difficile, AXA Côte d’Ivoire continue, selon le groupe, de conquérir des parts dans un contexte très concurrentiel. L’année dernière, la filiale ivoirienne s’offre ainsi une position sur le podium de la branche Non-Vie, hors acceptations internationales, avec 9% de parts de marché.

Une question d’organisation
«AXA, s’appuyant sur la proximité entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne et sur les expertises marocaines, a mis en place une organisation opérationnelle intégrée et globale entre le Maroc et la zone CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d'Assurance). Ce choix d’installer la direction à Casablanca trouve sa source dans notre forte volonté d’accompagner les clients marocains, panafricains ou internationaux investissant en Afrique, tout en bénéficiant de l’expertise et du savoir-faire du Maroc », déclare Abdelhak El Mansour. Les propos du directeur des opérations pour l’Afrique subsaharienne mettent en avant l’aspect organisationnel comme orientation stratégique du groupe, avec une direction Afrique, à laquelle est assignée la réalisation de plusieurs objectifs. À titre d’exemple, cette direction veut « tirer profit de l’intégration du marché CIMA, de développer les synergies entre les entités opérationnelles, de fournir un support aux entités d’AXA en Afrique et de mettre en place des solutions globales pour les partenaires courtiers ou destinées aux clients». Pour ce faire, les entités d’AXA dans la zone CIMA misent sur l’offre numérique, comme la mise en place de services de vente en ligne de produits d’assurance et de d’assurance voyage. Déjà, le groupe offre dans plusieurs pays des possibilités de paiement mobile des primes et des sinistres comme c’est le cas au Gabon et au Cameroun. Dans ce dernier pays, la filiale locale a d'ores et déjà mis en place une carte biométrique avec contrôle des empreintes digitales.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages