A lire aussi

14-11-2017 14:21

MEDays 2017 : UA, CEDEAO, quelle place pour le Maroc ?

Quels sens pour l’intégration du Maroc à l’UA et à la CEDEAO ? La question a fait l’objet d’un…
Rejoignez nous sur :
Business

Le groupe Horizon Press Group et la Fédération internationale de la diaspora marocaine (FIDM) ont signé, vendredi 13 octobre, une convention autour de l’organisation de «La Caravane des régions au delà des frontières». C’est un nouveau challenge pour Horizon Press Group, après le succès du cycle des rencontres régionales lancé en 2016-2017, dont l'objectif était de mettre en exergue les opportunités d’investissement et le climat des affaires dans les 12 régions du Maroc. La première rencontre sera consacrée à la région «Rabat–Salé–Kénitra» et aura lieu le 21 novembre. Aicha Aboukaram, secrétaire générale de la FIDM, explique l'enjeu de ces rendez-vous qui visent à dynamiser l’économie marocaine et à orienter l’investissement de la diaspora marocaine vers son pays d’origine.

Les Inspirations ÉCO : Peut-on avoir plus de détails sur la vocation de la FIDM ?
Aicha Aboukaram : La Fédération Internationale de la Diaspora Marocaine (FIDM) a été créée en juin 2015, à l’initiative d’un groupe de marocains résidant en Belgique et ayant une forte connexion business avec leur pays d’origine, le Maroc. La FIDM s’est fixée comme objectif de créer un pont entre les MRE porteurs de projets et leur pays d’origine. Pour atteindre cet objectif, elle se positionne comme une plaque tournante et un interlocuteur actif au service du développement de l’investissement au Maroc. À travers ses actions et son organisation, la FIDM est une plateforme d’échanges et de mise en relation visant à mettre en contact la diaspora marocaine partout dans le monde et l’orientation des projets porteurs vers le Maroc. Ainsi, les Marocains du Monde peuvent être informés des opportunités d’affaires et des facilités existantes. La Fédération leur assure un accompagnement et une orientation sur le terrain à travers ses représentants à Bruxelles et au Maroc pour une optimisation de leur business.

Vous avez signé une convention avec le groupe Horizon Press Group pour piloter conjointement cette caravane. Comment les rôles seront-ils distribués ?
Tout d’abord, le groupe Horizon Press Group a capitalisé un grand savoir-faire au niveau de la connaissance des différentes régions du Maroc et de ses acteurs principaux. Grâce à la Caravane des régions, Horizon Press Group a balisé et défriché un terrain jusque-là méconnu malgré les opportunités en or qu’il comporte. Grâce à ce partenariat, le groupe Horizon Press Group va mobiliser son réseau pour ramener les bons interlocuteurs représentant les différentes régions qui feront le déplacement à Bruxelles d’une fréquence bimensuelle pour venir à la rencontre des investisseurs lors d’un cycle de rencontres sous la marque: «La Caravane des régions au delà des frontières». Je tiens à préciser que la FIDM a  déjà organisé une première étape pour faire connaître la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Quel sont les secteurs porteurs qui sont «bankables» pour les régions et qui intéresseraient l’investisseur MRE ou belge ?
Lors de la prochaine étape de la caravane qui aura lieu le 21 novembre à Bruxelles, ce sont les représentants de Rabat-Salé-Kénitra qui feront la promotion de leur région. Concrètement, il s’agit de promouvoir les secteurs de l’agroalimentaire, de la parachimie, de l’artisanat, du tourisme, de la grande distribution, des zones franches... Par ailleurs, la ville de Rabat est la capitale de l’art au Maroc. Nous allons inviter des représentants de musée en Belgique pour leur exposer les nouvelles infrastructures culturelles de Rabat et explorer des possibilités de collaboration entre les musées des deux pays.

Pourquoi les investissements des MRE au Maroc restent-ils en deçà du niveau escompté ?
La principale contrainte demeure l’information, qui est le nerf de la guerre. Souvent les régions sont mal marketées, et la communication sur leurs offres est insuffisante. Pourtant, le nombre d’exemptions fiscales et d’incitations à l’investissement est énorme. L’objectif de la FIDM est de déblayer le terrain, d'en faire la synthèse et de la communiquer aux investisseurs. Par ailleurs, la FIDM met également à leur disposition des experts pour ce qui est des questions juridiques, qui vont se charger de leur fournir toutes les clés pour investir au Maroc en toute sécurité juridique.

Aicha Aboukaram
Secrétaire générale de la FIDM

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages