A lire aussi

14-12-2017 11:01

14-12-2017

Télécharger le PDF
Rejoignez nous sur :
Business

Le premier club de la nouvelle chaîne «Unique»  a été inauguré à Mohammédia. Les promoteurs prévoient l’ouverture de 20 clubs dans 12 villes à l’horizon 2019. Un plan d’investissement de 100 MDH a été arrêté pour les huit prochains mois.

Rien ne semble arrêter les ambitions de Jonathan Harroch, le fondateur de la marque de fitness low cost, City Club. Fort d’une expérience de plus de 25 ans dans le domaine du sport et du fitness (il a été le fondateur de plusieurs marques hexagonales, Moving, Lady Fitness, entre autres) vient de frapper fort en inaugurant en grande pompe, mardi 10 octobre dans la Cité balnéaire Oubaha près de la ville de Mohammédia le premier club de sa nouvelle chaîne «Indoor Luxury Fitness» sous la marque «Unique». Harroch et ses équipes placent la barre plus haut avec un plan de développement prévoyant l’ouverture de 20 clubs à l’horizon 2019, dont 15 en 2018, couvrant pas moins de 12 villes. Après celui de Mohammédia (2.800 mètres carrés), le deuxième club élira domicile, début décembre prochain, au quartier Suissi (Rabat) sur une surface de 4.500 mètres carrés. S’ensuivront deux autres antennes à Marrakech (janvier 2018) et à Bouskoura (février 2018).

Une marque exportable
«Un club mobilise 10 à 15 MDH d’investissements. Nous comptons investir 100 MDH dans les huit mois qui viennent. Notre plan de recrutement prévoit 250 nouveaux collaborateurs au cours des six prochains mois», indiquait Jonathan Harroch lors du point de presse organisé en marge de l’ouverture du club de Mohammédia. Ce dernier table sur la distribution de 50.000 cartes d’abonnement durant le premier semestre post-lancement de la nouvelle chaîne «Unique». Celle-ci ne compte pas limiter son extension au seul territoire marocain puisque Harroch compte bien l’exporter vers le marché français, avec l’ambition d’ouvrir une vingtaine de clubs entre Paris, Metz et Lyon. Pour se différencier de l’offre existante sur le marché marocain (Moving, Gymnasia, Sport Plazza), la nouvelle enseigne «Unique» mise sur deux éléments clés. D’une part, un meilleur rapport qualité/prix avec un abonnement annuel de 4.900 DH (il faut compter 1.000 DH supplémentaires pour avoir accès à tous les clubs de la marque). D’autre part, un encadrement permanent et personnalisé, chose que l’on ne trouve pas chez la marque low cost, City Club. «Nous nous félicitons d’avoir pu placer notre groupe au rang des acteurs les plus dynamiques, accompagnant la vision royale pour la démocratisation de la pratique du sport au Maroc», souligne Harroch.

Ce dernier annonce par la même occasion le dénouement d’un accord en vertu duquel des espaces seront réservés aux marques Unique et City Club à l’intérieur des supermarchés Aswak Assalam et des unités hôtelières de la chaîne Mogador, tous deux propriété du groupe Chaabi. Un autre partenariat non moins stratégique a été conclu avec l’ONCF pour animer des salles de fitness à l’intérieur des enceintes ferroviaires. «Deux City Clubs ouvriront leurs portes dans la nouvelle gare LGV de Rabat dès juin 2018», affirme Harroch.  


Le plus grand City Club ouvrira bientôt ses portes à Agadir

«Nous sommes en ligne avec les objectifs annoncés précédemment», soutient Jonathan Harroch, évoquant cette fois-ci le plan de développement tracé pour la marque low cost, City Club, notamment l’objectif de 60 clubs d’ici la fin du premier semestre 2019. «Fin 2018, on aura dépassé la barre des 40 clubs», dit-il, en annonçant au passage l’ouverture imminente du premier City Club de la ville d’El Jadida (15 novembre), une deuxième antenne à Tanger. Agadir verra quant à elle l’ouverture de ce qui deviendra «le vaisseau amiral de l’enseigne», occupant un espace de 6.500 mètres carrés à l’intérieur du supermarché Aswak Assalam. Le City Club de la capitale du Souss va ainsi dépasser en surface occupée celui de Aïn Sebaâ (5.500 mètres carrés) qui a pu drainer à lui seul 20.000 des 150.000 adhérents que compte l’enseigne à ce jour. Aussi bien pour City Club que pour «Unique», le business model du groupe est axé sur le foncier locatif. «Nous n’avons pas vocation à alourdir le haut du bilan par le poids de l’immobilier. Nous préférons plutôt investir dans l’aménagement, l’achat d’équipements de pointe et le développement de la marque», souligne Harroch.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages