A lire aussi

13-12-2017 09:09

13-12-2017

Télécharger le PDF
Rejoignez nous sur :
Business

Le contrôle fiscal a eu raison des comptes de CIH Bank. Le dénouement de ce redressement fiscal, s'est traduit par une baisse des résultats semestriels de près de 30%. Le management reste pourtant confiant par rapport aux résultats du second semestre. L’impact de cette charge non récurrente serait lissée sur au niveau du résultat annuel.

Le bâton du fisc a encore frappé. Le management de CIH Bank a annoncé,  jeudi 3 août dans un communiqué, que la banque a fait l'objet d'un contrôle fiscal durant le premier semestre 2017. Ce contrôle, qui a été dénoué, porte sur les années 2013 à 2015. Son impact financier a été entièrement incorporé dans les résultats à fin juin 2017, qui seront en retrait par rapport à juin 2016 de l'ordre de 30%.

Le RNPG devrait donc accuser un recul de 54,2 MDH par rapport à l'année dernière, en se plaçant à 126 MDH, contre plus de 180 MDH la même période de l’année dernière (également en baisse de 5,2%). Durant cette période, le groupe devait intégrer dans ses comptes les frais d’établissement de sa filiale participative Umnia Bank.

En dépit de cet événement non récurrent, le management de CIH Bank reste confiant quant à la réalisation des objectifs commerciaux et financiers du second semestre 2017, permettant ainsi d'atténuer l'impact de ce contrôle fiscal sur le résultat annuel 2017. À noter que l'arrêté des comptes du premier semestre par le Conseil d'administration est prévu le 6 septembre prochain. CIH Bank intègre ainsi la série noire des contrôles fiscaux qui a touché un grands nombre d’institutions et de sociétés cotées en 2016. Le fisc avait préalablement prévu de multiplier son contrôle vis-à-vis des entreprises marocaines. «Il ne faut pas voir le contrôle fiscal comme un acharnement ou un règlement de comptes», tempère un expert-comptable. Avant de rajouter, «d’ailleurs les sociétés cotées, sont les mieux loties puisqu’elles jouissent d’un système de gouvernance qui augmente leur transparence fiscale». Sauf que plusieurs entreprises ont vu leurs résultats impactés par ces redressements, entraînant un vent de panique au niveau des investisseurs. Cela a d’ailleurs été l’un des principaux facteurs ayant contribué à la baisse des indicateurs boursiers lors du premier trimestre de l’année 2017. Pour rappel, le groupe CIH Bank a enregistré -au terme des trois premiers mois de l’année- des résultats impactés par le coût du risque.

En effet, le résultat d'exploitation affiche une baisse de 15% à cause de la hausse du coût du risque qui passe de 64 MDH à 116 MDH, impactant ainsi la profitabilité du groupe. Le résultat net atteint ainsi 105 MDH au premier trimestre 2017, contre 121,2 MDH au premier trimestre 2016, soit une baisse de 13%. Le RNPG atteint 104,9 MDH, en baisse de 10,8%. Au final, CIH Bank a réalisé, au terme du premier trimestre 2017, un produit net bancaire de 531 MDH, en hausse de 9,3%, tiré par l’ensemble des segments. La marge d'intérêt consolidée progresse de 3,27%, la marge sur commissions s'améliore de 13,3%, alors que les revenus des activités de marché progressent fortement. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages