A lire aussi

22-11-2017 10:26

Mugabe, la fin !

Après 37 ans au pouvoir, Robert Mugabe a annoncé sa démission. Le départ du dirigeant de 93 ans a…
Rejoignez nous sur :
Business

Faurecia vient d’inaugurer une nouvelle usine au Maroc pour son activité Seating. Implanté à Salé, le nouveau site emploie 1.300 personnes et produit chaque jour 10.000 coiffes cuirs et textiles de sièges automobiles notamment pour Peugeot.

Le Maroc renforce de plus en plus l’écosystème automobile. La seconde usine de Faurecia, l’un des principaux équipementiers automobiles présent au Maroc depuis 2009, vient d’être inaugurée le 13 juillet dans la zone franche Technopolis de Salé en présence du ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique Moulay Hafid Elalamy. Elle a été construite en uniquement sept mois ; un record que même la Chine est incapable d’atteindre, comme le précise le directeur général de Faurecia Patrick Koller. S’étendant sur 12.800 m2, l’usine a nécessité un investissement de 170 MDH. Elle produit chaque jour 10.000 coiffes cuirs et textiles de sièges automobiles notamment pour Peugeot et ses véhicules 3008 et 5008.

Le nouveau site emploie quelque 1300 personnes avec la perspective d’atteindre 1800 emplois. Ce qui porte le nombre des emplois dans les deux usines de Faurecia à 3000 voire 3500. On vise à atteindre dans les années à venir 6.000 emplois. Un objectif très ambitieux, mais qui reste réalisable grâce à la troisième usine de Faurecia dont l’ouverture est prévue à Kénitra en 2018 et qui sera équipée de process différents et variés (activités Interiors et Clean Mobility). Avec les trois usines, l’investissement de Faurecia sera de 550 MDH à 600 MDH. La réussite de ce chantier est tributaire des ressources humaines.

À cet égard, Koller salue la qualité de la main d’œuvre marocaine ainsi que son coût qui permet au Maroc d’être compétitif par rapport à d’autres pays notamment ceux de l’Europe de l’Est comme la Roumanie. Néanmoins, il reste encore à dépasser une seule difficulté : le manque d’ingénieurs de haut niveau qu’il faudra d’ores et déjà former. Un grand effort devra se faire aussi au niveau du développement de l’activité de sous-traitance. Faurecia importe le cuir et certains tissus. Le ministre de l’Industrie met en garde contre la précipitation dans la construction de la globalité de l’écosystème. La démarche adoptée par le Maroc est étudiée et structurée.

Le responsable gouvernemental affiche, en effet, son optimisme quant à la bonne voie empruntée par le Maroc pour son industrialisation. Le secteur de l’automobile est sur les bons rails. L’entrée d’un troisième constructeur permettra de booster davantage le secteur au Maroc. A ce titre, aucun détail ne filtre au niveau officiel. Le ministre se contente de souligner que des négociations sont en cours. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages