A lire aussi

27-06-2017 16:36

Sénégal-Maroc : La formation, une passerelle pour le business

Image par défaut
Le Maroc est devenu une destination très prisée pour les étudiants sénégalais. Une tendance qui…
Rejoignez nous sur :
Business

Avito a mis en place un processus anti-fraude piloté par une équipe de modération composée d’une trentaine de personnes. Depuis 2011, Avito a consacré 13,3 millions de DH à ce processus. 

Assis derrière son large écran, Salman Dahmi, jeune Team Leader chez Avito scrute son tableau de bord de contrôle (Control Panel) méticuleusement. Il effectue l’une des tâches de modération les plus importantes, indispensable avant la mise en ligne de chaque annonce. Et ce n’est qu’une partie infime d’un processus pointilleux, pour lequel Avito a consacré 13,3 millions de dirhams depuis 2011. Un cachet qui a permis de vérifier 11,7 millions d’annonces au cours des douze derniers mois. Dahmi commence généralement son travail par la vérification des fils d’attentes, ces listes organisées en plusieurs «lignes» regroupant plusieurs catégories. À la tête de ces dernières, la liste des nouveaux utilisateurs est l’une des premières à être vérifiée. La première chose que les modérateurs examinent est l’adresse IP qui permet de détecter le pays d’origine. Les annonces émanant de sources IP situées dans certains pays de l’Afrique subsaharienne, réputés pour générer un grand nombre d’annonces frauduleuses intègrent automatiquement une liste rouge. «Ces annonces sont filtrées automatiquement par le système. Ensuite, notre intervention détermine si l’annonce est frauduleuse ou pas. Généralement, nous les bloquons», affirme Dahmi.

Un processus huilé
Une fois cette étape dépassée, les modérateurs vérifient la catégorie de produits afin de détecter toute incohérence entre le produit et la catégorie dans lequel il a été publié. Vient ensuite le prix du produit, la description et l’historique des annonces publiées par les utilisateurs. «Toutes ces tâches auxquelles les modérateurs contribuent pour renforcer le contrôle effectué par nos logiciels ont un double objectif : renforcer le contrôle et épurer la publication des annonces», nous explique le jeune cadre. De manière générale, l’ensemble des logiciels utilisés par l’équipe de modération est appuyé par l’intervention des trente-deux employés qui forment l’équipe. La combinaison des deux types de «filtres», automatique et humain, permet de renforcer de manière complémentaire la vigilance au sein d’Avito. «Un processus continu», précise Safaa El Asraoui, Content Quality & Customer Satisfaction Leader.

Une stratégie évolutive
«Le processus anti-fraude est très évolutif. Nous avons nos assises basiques mais nous développons au fur et à mesure de nouveaux outils. Les fraudeurs innovent tout le temps. Nous devons nous adapter conformément», précise El Asraoui. Cette adaptation se fait en utilisant de manière optimale les outils software, conjugués à la modération humaine, appuyée par une armada d’ingénieurs à laquelle est confiée la tâche de créer des solutions à toute sorte de fraudes. «Grâce à ce dispositif, nous pouvons détecter par exemple du contenu de nudité, ou refuser des images qui peuvent servir comme publicité mensongère, comme les photos frauduleuses», poursuit la responsable.

À la création d’un compte sur Avito, le processus anti-fraude prend un autre visage. Il s’agit d’une tâche qui relève plus de la gestion de contenu que de la modération. En effet, l’historique permet de détecter les utilisateurs enregistrés dans la catégorie «particuliers» mais qui exercent une activité mercantile à travers le site. À ces derniers, la possibilité d’ouvrir des boutiques en ligne adaptées à leurs besoins est offerte et ils sont plus de mille à l’avoir saisi. Un record fêté récemment. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages