A lire aussi

17-10-2017 13:09

G5 Sahel : le regard d’OCP Policy

Image par défaut
Le think tank OCP Policy vient de publier une nouvelle publication intitulée : «L’État, les…
Rejoignez nous sur :
Business

Bank Assafa a dévoilé, mardi 6 juin, sa nouvelle identité visuelle. Alors que le marché s'attendait à un lancement officiel de la banque, celle-ci assure qu'elle ne peut commercialiser aucun produit avant la mise en place de certaines dispositions de l'industrie de la finance participative.

Adieu Dar Assafa, bonjour Bank Assafa ! La filiale participative du groupe Attijariwafa bank a dévoilé, le 6 juin, sa nouvelle identité visuelle. La banque s’offre ainsi un lifting qui fait évoluer ses fondamentaux, tout en restant fidèle à ses valeurs. Pour Bank Assafa, «nos opérations bancaires sont basées sur le principe du financement participatif et mettent l’innovation et la transparence au service des clients, au niveau de chaque opération effectuée».

Le nouveau logo sous forme carré et écrit en lettres coufiques sont, selon la direction, symbole de pureté et d’équilibre. Il reflète ainsi «la vision du groupe orientée vers la satisfaction des clients, basée sur la confiance, la clarté et l’honnêteté». Youssef Baghdadi, président du directoire de Bank Assafa, explique que la banque sera opérationnelle dès que les contrats types -soumis à Bank Al-Maghrib et au Conseil Supérieur des Ouléma (CSO)- obtiendront le feu vert.

Pour l’heure, les contrats les plus avancés seraient les dépôts d’investissement, Mourabaha et Ijara. Sachant que l’ex-société de financement avait l’habitude de commercialiser ces deux derniers produits. Baghdadi compte, toutefois, sur la réactivité de Bank Al-Maghrib et espère tout de même débuter officiellement l’activité dans les deux à trois semaines qui suivent. «Nous ne pouvons encore rien commercialiser sans que toutes les pièces du puzzle soient mises en place. Et ce, afin d’assurer la neutralité de la banque participative», souligne Baghdadi. En effet, si les banques semblent prêtes pour le démarrage, certaines mesures sont toujours en chantier. Pour l’heure, le plus urgent reste la convention d’ouverture de comptes-types. C’est le sésame qui permettra aux établissements d’effectuer leurs premières opérations bancaires, en attendant la finalisation des contrats-types de financement. Sachant que l’expansion de cette nouvelle industrie nécessite également la préparation du marché des Sukuk, du Takaful et une mise en place d’une fiscalité équitable.

Pour Baghdadi, les produits Takaful seraient prêts dans 6 à 7 mois. «On ne peut pas adosser nos produits de financements participatifs à une assurance conventionnelle», rappelle-t-il. D’autres chantiers, qui concernent le fonds de garantie pour la compensation, ainsi que le mécanisme de financement interbancaire, seraient également en cours de finalisation. Bank Assafa assure de son côté, qu’elle commencera par offrir des produits simples à la clientèle, avant de passer à la vitesse supérieure. En attendant, l’activité de la banque se limite à la vulgarisation des principes de la finance participative auprès des clients, ou encore le renforcement de son réseau d’agences. La banque sera, en effet, présente dans plusieurs villes du royaume, à travers 20 ou 22 agences.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages